IMPOSSIBLE N’EST PAS FRANÇAIS Florilège des projets en cours… (Voir ci dessous)

Le Fantastique français aurait-il le vent en poupe ? Petit tour d’horizon - loin d’être exhaustif ! - de la production actuelle. Les projets… Dans un futur proche, une mystérieuse épidémie a réveillé les morts et transformés les vivants en cadavres avides de chair et de sang. Un groupe de survivants menés par Alex et Matt tentent de rejoindre la mer, traversant les terres abandonnées du Kenya. Quand il ne reste plus rien et que les morts se réveillent, comment demeurer sain d’esprit ? Tel est le sujet d’ « Intact », un projet de Quentin Dupuy basé sur son court-métrage de 2014, coécrit par Raphaël Poli, et en cours de développement, que produira Velvet Productions. Né en Argentine mais travaillant en France, Santiago Otheguy va diriger pour les producteurs Edgar Tenembaum et Gérard Lacroix, l’adaptation de « La Porte des Enfers », roman de Laurent Graudé datant de 2008, le film étant coproduit par Nicolas Steil d’iris Production (Luxembourg). Lorsque Jean meurt à l’âge de six ans, victime innocente d’une fusillade, sa mère, Giuliana, somme Marc de lui rendre son fils ou d’au moins le venger. Voyant son mari incapable de tuer, Giuliana le quitte. Mais Marc réussit à franchir la frontière entre les deux mondes et à prendre la place de son fils aux Enfers. Vint ans plus tard, Jean, le fils miraculé devenu adulte, vengera sa propre mort et partira à la recherche de sa mère… « Emancipée », écrit par Alix Girod de l’Ain, Elodie Namer, Noémie Saglio et Agathe Hubet, et confié à Noémie Saglio, voit Caroline, mère de deux enfants (campée par Karine Viard), ambitieuse et redoutable, proche du burn out et croulant sous les innombrables contraintes d’une femme d’aujourd’hui. Un soir, elle s’endort comme d’habitude, en parlant au Siri de son téléphone, à qui elle réclame désespérément un monde meilleur. A-t-elle été entendue ? Le lendemain matin, elle se réveille dans son lit, mais en 1965… Ecrit, réalisé et produit par Eric Ducher et Gauthier About via leur firme Studio Kremlin, « KM 388 » est une romance fantastique, qui sera tournée en Belgique. Suite à un accident de voiture sur l’autoroute, George est secouru par Lucie qui l’emmène jusqu’à la station-service voisine où elle travaille. Entre eux se tisse une relation amoureuse dont l’intensité les dépasse. Mais au kilomètre 388, le temps est détraqué, causant d’intrigants paradoxes, mêlant causes et effets. George comprend bientôt que bien malgré lui, il va tuer Lucie il l’a vu dans le futur. Dès lors, il ‘a plis qu’une idée : la sauver. Produit par Franck Carle de La Terne Tourne, « Nostalgic Z », de Karl Bouteiller, est l’adaptation d’un court-métrage de 2012, Prix du Public au Bloody Week-End et prix des effets spéciaux de maquillage au festival fantastique de Rouen, entre autres. En pleine pandémie zombie, Kin, jeune geek froussard, quitte Londres pour rejoindre sa dulcinée dans le Sud de la France. En chemin, il rencontre Joe, ancien légionnaire bourru qui vit en ermite dans une caravane. Cette rencontre improbable va déboucher sur un projet majeur, diffuser un tutoriel anti-zombies. Joe a découvert leur point faible : ils sont nostalgiques de leurs métiers. Mais avant de sauver l’humanité, Kin et Joe devront surmonter deux obstacles majeurs : se supporter et ne pas se faire mordre ! « Les Disparus de Saint-Agil » est naturellement le remake du classique de Christian-Jaque de 1938 avec Eric von Stroheim et Michel Simon, adapté du roman «de mystère» de Pierre Véry. Produit par Eric Tavitian (« Eva »), le film se déroule en 1965. Joséphine est la première fille à s’inscrire à l’école des garçons de Saint-Agil. Pensionnat aux allures de manoir hanté, l’établissement est en proie aux actions d’esprits frappeurs qui s’avèrent être un groupe de justiciers composés de marginaux de l’école… « Le combat d’hiver » s’inspire du roman de Jean-Claude Mourlevat, édité en 2006, détenteur d’une vingtaine de prix littéraires, et dont l’intrigue se déroule dans un univers fantastique. Quatre adolescents, évadés de leur orphelinat-prison, reprennent la lutte perdue par leurs parents quinze ans plus tôt. Ont-ils la moindre chance d`échapper aux terribles `hommes-chiens` lancés à leur poursuite dans les montagnes glacées ? Pourront-ils compter sur l`aide généreuse du `peuple cheval` ? Survivront-ils à la barbarie des jeux du cirque réinventés par la Phalange ? Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, est de ceux qu`on dit perdus d`avance. Et pourtant... Le film sera réalisé par Fleur Fortune et Manu Cossu. En préproduction… En préproduction, « Dans la brume », premier film français du Québécois Daniel Roby (« La peau blanche »), se déroule dans un avenir proche à Paris où un couple essaie de survivre à une catastrophe majeure avec leur fille de 11 ans atteinte d’une maladie incurable. Produit par Quad Films (« L`arnacoeur », « Samba) », ce récit d`anticipation, écrit par Guillaume Lemans (« Mea culpa », « Un homme idéal »), mettra en vedette Romain Duris (« Madame Hyde ») et l’ex-Bond Girl Olga Kurylenko. «C’est un film catastrophe très bien décrit avec un beau potentiel visuel», souligne Roby. «Ça va me permettre de renouer avec mes premiers amours, le cinéma de genre. Ce sera un tournage compliqué, car l’histoire se déroule dans un Paris envahi par une fumée toxique. On va beaucoup tourner en studio, où l’on va recréer les rues de Paris». L’embauche de Daniel Roby comme réalisateur a permis à Quad de s’associer à un coproducteur québécois, Christal Films. Daniel Roby fera une partie de la postproduction à Montréal, notamment le montage et les effets visuels. Comédie d’aventure, « Le temps des Marguerite », de Pierre Coré, qui se tournera en mai-juin, est l’adaptation de la BD éponyme de Vincent Cuvellier parue en 2009. Marguerite et Margot ont toutes les deux douze ans. Chacune a sa famille, ses copains, ses problèmes.... Et son époque. Car Marguerite vit en 1916 et Margot en 2016. Mais c’est sans compter sur une mystérieuse malle magique qui les transporte chacune dans l’époque de l’autre. Pour espérer retrouver leurs présents, chacune va devoir accomplir une mission. Car Margot et Marguerite ont un autre point commun : leur père n’est plus là. Disparu derrière la ligne de front en pleine Guerre Mondiale, ou n’habitant plus à la maison pour des raisons inconnues pour l’autre. A un siècle d’écart, les deux Marguerite vont devoir se lancer dans une grande aventure, explorant l’Histoire, mais aussi la mémoire de leurs familles. « Tombée du ciel », tourné en juin prochain et produit par Tonie Marshall et Véronique Zerdoun, sera réalisé par l’actrice Marion Laine (« Un cœur simple »), d’après un script co-écrit par Bibi Nacen et Sophie Hiet. Cerdan grandit seule avec son père, entourée par les animaux du zoo qu’il dirige. A 20 ans, alors qu’elle vit l’amour parfait avec son petit copain Léo, Cerdan est percutée par un camion. Reçue dans l’Au-delà, elle apprend qu’elle est morte par erreur. Mais il est impossible de lui rendre l’existence qu’elle a perdue, on va donc essayer de lui en trouver une autre. Cerdan acceptera-t-elle de changer ainsi de vie ? Tournage prévu cet été en Espagne pour « Once Upon a Time in Jerusalem » de David Munoz et Adrian Cardona, inspiré de leur hilarant court-métrage « Fist of Jesus », produit par To Be Continued, en association avec EK Degol (Espagne) et House of Nether Horror (Hollande). Après avoir créé une Apocalypse zombie alors qu’il essayait de ressusciter Lazare, Jésus, qui a du mal à accomplir les miracles, décide de faire appel à l’oracle de Delphes pour qu’il l’oriente. Avec son meilleur ami Judas, ils recrutent 11 mercenaires implacables et commencent leur voyage dans un monde rempli de mutants, zombies, démons, robots, punks et gouvernés par la terrible armée de l’Empire Romain. Mais Jésus est disposé à marquer son nom au fer rouge dans les pages de l’Histoire. En tournage, « La nuit a dévoré le monde », premier long de Dominique Rocher (remarqué avec son court, « La vitesse du passé »), est l’adaptation du roman éponyme de Pitt Agarmen. Produit par Haut et Court et tourné à Paris du 24 octobre au 22 décembre dernier, il a pour héros Sam, un musicien de 36 ans, solitaire et peu sociable, qui, en se réveillant ce matin dans l’appartement où la veille encore, la fête battait son plein, doit se rendre à l’évidence : il est tout seul et des morts-vivants ont envahi les rues de la capitale. Sam va devoir se barricader pour se protéger et s`organiser afin de survivre. Il sécurise l`immeuble en éliminant les zombies qui se trouvent à l`intérieur. Il ne peut se résoudre toutefois à supprimer l`un d`eux, un vieillard infecté, inoffensif, qu`il emprisonne dans la cage d`ascenseur et qui va devenir son seul confident. Sam finit par trouver une sorte d`équilibre dans cet immeuble. Les appartements laissés à l`abandon sont sources de divertissement, lui permettant de laisser son imaginaire s`exprimer à travers les vies qu`il aurait pu mener. Mais, même pour un solitaire comme Sam, il s’avère difficile de supporter l`isolement absolu. Pourquoi vivre lorsqu`on est seul au monde ? Et Sam est il vraiment le seul survivant à l`invasion des zombies ? Figurent au casting le Norvégien Anders Danielsen Lie (« Personal Shopper »), la franco-iranienne Golshifthah Farahani (« Pirates des Caraibes – La vengeance de Salazar ») et Denis Lavant (« Holy Motors »). Tournés ou en voie de l’être… Auteur de plusieurs courts-métrages fantastiques (« Notre-Dame des Hormones », « Salammbô », « Y a-t-il une vierge encore vivante ? », » La résurrection des natures mortes »…) depuis une quinzaine d’années, et pratiquant l’hybridation des genres, Bertrand Mandico vient de signer son premier long, « Les garçons sauvages », un film érotico-fantastique tourné en novembre 2015 à la Réunion, où se situe ce récit, au début du vingtième siècle. Cinq adolescents de bonne famille, épris de liberté et d`occultisme, y commettent un crime sauvage. Ils sont repris en main par un étrange capitaine, le temps d`une croisière répressive sur un voilier. Les garçons se mutinent et échouent sur une île sauvage, où la notion de plaisir est exacerbée par la végétation fantastique. Mais progressivement les tensions montent au sein du groupe et les garçons sauvages se métamorphosent en étranges jeunes femmes. Louise Bourgoin, Stéphane De Groodt, Aure Atika et Pierre-François Martin-Laval snt les vedettes de « L’un dans l’autre », de Bruno Chiche (« Je n’ai rien oublié »), en postproduction. Deux couples, Pierre er Aimée, et Eric et Pénélope, partagent tous les quatre plusieurs années d’amitié sans nuage. Seul souci, Pénélope et Pierre sont devenus amants… La situation éant intenable, ils décident de rompre. Mais après une ultime nuit d’amour passionnée, le sort leur joue un tour : Pierre et Pénélope se réveillent chacun dans le corps de l’autre ! Pour protéger leur secret, ils se retrouvent chacun à devoir vivre la vie de l`autre. C`est le début des complications. Cette comédie fantastique, coécrite par Fabrice Roger-Lacan (« Les enfants de Timpelbach ») et Nicolas Mercier, sortira le 4 octobre 2017. Profitons-en pour rappeler que le franco-suisse « The Lake » de Vincent Bonet, où, dans un paisible village de montagne aux abords d’un lac, la vie des habitants va peu à peu basculer dans la terreur suite à la survenue d’évènements tragiques et inexpliqués, sera diffusé le 31 octobre 2018. Directeur photo et réalisateur, Robin Entreinger, auteur précédemment de la comédie d’horreur « Sadik 2 », a tourné cet été dans le Sud de la France avec son comédien habituel Valentin Bohomme « The Darkest », son cinquième long-métrage, produit par sa firme Seven Light. Christophe, pour pimenter un peu leur vie commune, emmène sa femme Celine en week-end de camping sauvage. Il a en tête m’endroit idéal, dont il est certainement le seul à connaître l’accès : une grotte naturelle perdue dans la montagne. Céline, citadine, accepte sans réelle motivation. Dans la tente plantée aux abords de la grotte, l’isolement semble réussir au couple en cette nuit noire… jusqu’au moment où Céline entend des bruits étranges au dehors. Des pas. Des peurs d’enfant. Impossible, ils sont censés être seuls en un lieu secret… Le réalisateur américain Christophe Deroo auteur de « Sam Was Here, » coproduction France/USA, récidive avec « Beyond the Wall of Sleep », produit par Gary Farkas, Clément Lepoutre et Olivier Muller, via leur firme Vixens, fondée il y a deux ans. Un groupe de mercenaires traque un tueur en série qui sévit dans une région montagneuse gangrenée oar une épidémie inexpliquée. Tueur qui n’a d’humain que l’apparence. Inspiré de H. P. Lovecraft, le film sera tourné en décembre au Canada. La même firme vient de produire « Housewife » du Turc Can Evrenol (« Baskin »), production française cofinancée par la Turquie et le Danemark, dont l’action se passe à Istanbul. Le meurtre de son père et de sa petite sœur laisse Holly, 8 ans, traumatisée. Vingt plus tard, Holly vit à l’étranger avec son mari. Toujours en proie à des angoisses liées à cette tragédie, elle semble néanmoins remonter la pente. Mais lorsqu’elle fait la rencontre d’un médium appartenant à une secte obscure, elle va rapidement perdre pied avec la réalité et plonger dans un monde cauchemardesque. NB : Les divers films d’animation fantastiques à venir (« Argonautes » , « Les Aventures de Phil », « Terra Willy », etc) n’ont pas été recensés. https://www.youtube.com/watch?v=jxkVfdpzVhc https://www.youtube.com/watch?v=J7KpBGw-Tyc ...