Devil Woman : activisme forcené

Quand une étudiante se découvre porteuse d'une maladie des plus mortelle.

Auteur de documentaires et du court-métrage primé LittleLamb, un thriller gothique, la jeune cinéaste australienne Heidi Lee Douglas va aborder le long avec Devil Woman, mettant en scène l’univers des zombies, dans la lignée de 28 jours plus tard. Ambitieuse étudiante en sciences, Eddy met au point un piège pour recueillir la preuve de l’existence d’un animal dont l’espèce est menacée et qui vit dans la forêt. Elle réussit, mais dans sa quête pour recueillir plus de preuves, elle est mordue. Eddy montre ses découvertes scientifiques à Alice, une activiste déterminée à sauver la forêt de son exploitation abusive, et toutes deux apprennent que l'animal est porteur d’une horrible malade contagieuse. Eddy cache la morsure et les signes montrant qu’elle a attrapé le mal, mais quand deux bûcherons attaquent le camp, des changements dans le corps de la jeune femme deviennent une menace non seulement pour les bûcherons, mais également pour ses compagnons activistes.

...