Décédé le 6 avril dernier, Mickey Rooney était apparu plusieurs fois dans des films relevant de notre genre favori, en ayant m

lundi 7 avril 2014

 

Catégorie(s):

Extrait:
Décédé le 6 avril dernier, Mickey Rooney (93 ans), qui fut l`une des stars majeures de la MGM à la fin des années 30 et au début des années 40, excellent danseur et chanteur, nominé 4 fois à l`Oscar au cours d`une carrière qui s`étendit sur 8 décennies (il recevra 2 Oscars spéciaux), était apparu […]

Décédé le 6 avril dernier, Mickey Rooney (93 ans), qui fut l`une des stars majeures de la MGM à la fin des années 30 et au début des années 40, excellent danseur et chanteur, nominé 4 fois à l`Oscar au cours d`une carrière qui s`étendit sur 8 décennies (il recevra 2 Oscars spéciaux), était apparu plusieurs fois dans des films relevant de notre genre favori, en ayant même produit. Né le 23 septembre 1920 à Brooklyn, il fera sa première apparition au cinéma en 1926, avant de faire équipe avec Judy Garland dans un certain nombre de musicals. Dans le domaine qui nous concerne, on le verra tout d`abord dans le serial « Perdus dans la jungle » (1934) de David Howard et Armand Schaefer, mêlant aventures et SF, puis l`année suivante dans le shakespearien « Songe d`une nuit d`été » de William Dieterle et Max Reinhardt, classique où il tient le rôle de Puck (qu’il avait joué sur scène auparavant pour Max Reinhardt). En 1954, il sera la vedette de la comédie de SF « The Atomic Kid » de Leslie H. Martinson, qu`il produit, activité qu`il poursuivra, notamment avec « Jaguar » (1956) de George Blair, mêlant mystère, aventure et drame, avec le célèbre Sabu en tête d’affiche. Auteur de plusieurs longs-métrages, Mickey Rooney tournera « La vie privée d`Adam et Eve » (1960), codirigé par Albert Zugsmith (« Les confessions d`un mangeur d`opium »), comédie où il incarne le diable ! Dans « Francis in the Haunted House » (1956), il est dirigé par Charles Lamont (« Deux nigauds contre le Dr. Jekyll et Mr. Hyde »), puis il figure aux côtés du démon Vittorio Gassman dans « Belfagor le magnifique » (1966), dont il interprète le valet. En 1971, dans « The Manipulato »r, thriller d`horreur de Yabo Yablonsky, il incarne un maquilleur dément d`Hollywood qui kidnappe une femme et la garde prisonnière dans son entrepôt plein d`accessoires. Il prête ensuite sa voix à l`épouvantail et au Père Noel dans les films d`animation « Journey Back to Oz « (1974) et « The Year Without a Santa Claus » (1974) de Jules Bass et Arthur Rankin Jr. On le revoit dans l’insolite thriller « La théorie des dominos » de Stanley Kramer et Peter et « Eliot le dragon » de Don Chaffey (1977), » Le Trésor de la montagne sacrée » (1979) de Kevin Connor, avec Christopher Lee et Peter Cushing. Il joue le grand père d` »Erik le Viking » de Terry Jone et fait la voix de Flip dans » Little Nemo : Adventures in Slumberland « (1989) écrit par Chris Columbus, retrouve l`horreur pour « Douces nuit, sanglante nuit : les jouets de la mort » (1991), un direct to video de Martin Kitrosser, puis est sollicité par Alan Mehrez pour « Sinbad : The Battle of the Dark Knights » et par Michael Di Jiacomo pour la romance fantastique « Animals » en 1998, année où il est également à l`affiche de « Babe, le cochon dans la ville » de George Miller. Plus récemment, on l’avait vu dans « La nuit au musée » de Shawn Levy (2006), « The Thirsting », récit d`horreur de Mark Vadik (2007), « Les Muppets, le retour » (2011), « The Voices from Beyond » (2012) de Tony DeGuide avec Linnea Qyigley, Robert Z`Dar et Jan Rooney, sa dernière épouse. Juste avant son décès, Mickey Rooney avait tourné plusieurs scènes de « La nuit au musée 3 », toujours de de Shawn Levy, et figurait dans une nouvelle version de « Dr. Jekyll and Mr. Hyde », écrite et dirigée par B. Luciano Barsuglia, cinéaste versé dans le genre (« Zombie Farm, Dementia : An Experiment in Terror »). Le comédien était également annoncé dans « Fragments from Olympus : The Vision of Nikola Tesla ». Citons encore les téléfilms « Pinocchio » (1957) de Paul Bogart où il incarne le rôle-titre, l`épisode « The Last Night of a Jockey » de la série « La Quatrième dimension » (1963) de Joseph M. Newman (Les survivants de l`infini), celui intitulé « Rare Objects » de « Night Gallery », réalisé par Jeannot Szwarc (1972). Il figure également dans la série « Conan » (1997), avec Ralf Moeller et « Le fantôme du cinéma » (2000) de Blair Treu.