Frank Oz

lundi 5 novembre 2007

 

Catégorie(s):

Extrait:
interview FRANK OZ (Yoda) Sur la voix de la perfection Marionnettiste (personnage de Miss Piggy dans le Muppets Show, animation et voix de Yoda) et réalisateur de cinéma (Dark Crystal, Bowfinger, Les Femmes de Stepford), Frank Oz est un artiste complet, grâce auquel Yoda est devenu une figure emblématique de la saga… Comment avez-vous fait […]

interview
FRANK OZ (Yoda)
Sur la voix de la perfection

Marionnettiste (personnage de Miss Piggy dans le Muppets Show, animation et voix de Yoda) et réalisateur de cinéma (Dark Crystal, Bowfinger, Les Femmes de Stepford), Frank Oz est un artiste complet, grâce auquel Yoda est devenu une figure emblématique de la saga…

Comment avez-vous fait connaissance avec Yoda pendant la préparation de L’Empire contre-attaque?
En fait, c’est le producteur Gary Kurtz qui avait contacté Jim Henson, le créateur du Muppets Show, pour lui demandé de collaborer à la création de Yoda. Jim m’a ensuite proposé d’animer cet étrange petit bonhomme. On m’a donné à lire une biographie du personnage qui courait sur quatre pages. J’ai pris connaissance de tout ceci avec beaucoup d’intérêt, et j’ai également étudié le parcours des autres personnages du film dont Yoda parlait, pour bien comprendre le sens de ses paroles.

Phrase à citer :  » Les infographistes et les animateurs travaillent comme des fous pendant plus d’un an, et après, tout le monde croit que Yoda, c’est moi ! »

Un personnage moins lourd à porter
Comment avez-vous vécu la transition entre Yoda, la marionnette que vous manipuliez et faisiez parler, et la version virtuelle du personnage ?
La différence majeure pour moi, fut l`allègement de la charge de travail ! À l`époque du premier Yoda, on devait suer sang et eau pour manipuler la marionnette, qui était très lourde. Il fallait se cacher sous le décor, ou ramper derrière des accessoires, sans que l’on sente l’épuisement qui me gagnait quand le personnage parlait. C’était très éprouvant. Depuis l`avènement de la version 3D, j’arrive frais et dispos dans le studio d’enregistrement du ranch, je m’assieds dans un fauteuil confortable, devant un micro, et je me contente de lire les dialogues pendant une demi-journée. Les infographistes et les animateurs travaillent ensuite comme des fous pendant plus d’un an, et après, tout le monde croit que Yoda, c’est moi ! (Rires). En ce qui me concerne, je suis enchanté que ce personnage ait si bien évolué au cours des films. C’est merveilleux de le voir capable de marcher, courir, bondir, se battre avec un sabre laser. Tout cela aurait été irréalisable avec une marionnette.

Vous demande-t-on souvent de prendre la voix de Yoda ?
Tout le temps ! Mais avant que vous le fassiez aussi, je préfère vous dire que je refuse systématiquement ! Pour deux raisons : d’abord, parce que je préfère garder de quoi impressionner les filles avec lesquelles je sors le premier soir (Rires). Ensuite, pour dire la vérité, je ne traite pas ce personnage à la légère. Pour moi, Yoda n’est pas un gadget destiné à amuser les gens. C’est un vrai personnage dans lequel je m’implique complètement. Lorsque je l’incarne, je le fais en toute sincérité, en y mettant toute mon âme et mes tripes.

Vous avez parlé des avantages de la 3D, mais selon vous, a-t-on perdu quelque chose de Yoda en abandonnant la marionnette ?
La perte, c’est bien évidemment la présence physique du personnage sur le plateau, pendant les interactions avec les comédiens. Mais par ailleurs, on a tellement gagné en libérant Yoda des contraintes de la manipulation classique…Je pense que la perte est minime par rapport aux bénéfices acquis. D’ailleurs, pendant que George et Rob préparaient la première apparition de Yoda en 3D, ils ont veillé à limiter les possibilités du personnage virtuel, pour faciliter la transition avec la période “marionnette”. Ils ont reproduit mon travail au point de brider leur talent et leurs possibilités d’expressions. Ce n’est que dans l’Episode 3 qu’ils ont pu se libérer, et utiliser pleinement les ressources de Yoda.

Avez-vous vu la version virtuelle de Yoda, insérée dans l’Episode 1, en remplacement de votre marionnette ?
Non, pas encore, mais mes avocats sont prêts à attaquer Lucasfilm ! (Rires). J’ai travaillé sur L’Empire contre-attaque il y a 25 ans, et je crois qu`il serait dommage d’utiliser aujourd’hui les mêmes techniques. Le monde d`alors n’était pas passé au numérique. Maintenant, l’attente du public est différente, et il aurait été maladroit de le décevoir.

Propos recueillis et traduits par Pascal Pinteau