HIROSHI KOIZUMI : Disparition d’un expert en kaiju…. (voir ci-dessous)

lundi 8 juin 2015

 

Catégorie(s):

Extrait:
HIROSHI KOIZUMI : Disparition d’un expert en kaiju…. Ce visage familier faisait partie des «figures de la science» dans les films de monstres de l’âge d’or des studios Toho. L’acteur Hiroshi Koizumi, présent dans près d’une centaine de productions japonaises, s’est éteint le 31 mai dernier à l’âge de 88 ans, des suites d’une forte […]

HIROSHI KOIZUMI : Disparition d’un expert en kaiju….

Ce visage familier faisait partie des «figures de la science» dans les films de monstres de l’âge d’or des studios Toho.

L’acteur Hiroshi Koizumi, présent dans près d’une centaine de productions japonaises, s’est éteint le 31 mai dernier à l’âge de 88 ans, des suites d’une forte pneumonie. Il comptait parmi les comédiens favoris des admirateurs de science-fiction nippone, notamment de kaiju eiga. Né le 12 août 1926 dans la ville de Kamakura, il sort diplômé de l’université de Keio en 1948. Il est engagé ensuite par NHK où il devient annonceur. En 1951, il est sélectionné pour faire partie de la 3e promotion des «Toho New Face» et devient l’un des nouveaux jeunes talents du studio. En 1952, il entame sa carrière d’acteur en rejoignant Inoshiro Honda sur le tournage du drame « Minato e kita otoko ». Deux ans plus tard, Mikio Naruse l’engage sur « Chrysanthèmes tardifs », où il incarne Kiyoshi, un jeune homme épousant une femme riche et plus âgée que lui dans le but d’échapper à la pauvreté. Après le triomphe de « Godzilla » en 1954, la Toho décide de renouveler ce succès et de s’investir pleinement dans la science-fiction. Koizumi est choisi pour incarner le premier rôle de la suite, « Le retour de Godzilla » (Motoyoshi Oda, 1955). Il interprète le rôle Shoichi Tsukioka, jeune pilote d’hydravion. Parfait pour le rôle, Koizumi donne à ce personnage plutôt banal une épaisseur supplémentaire lors qu’il doit venger son ami, dont l’avion a été abattu en plein vol sous les assauts de Godzilla. Tsukioka est celui qui porte le coup final au roi des monstres, enseveli sous une avalanche. Jusqu’à la fin des années cinquante, l’acteur continue à collaborer avec plusieurs des plus grands cinéastes de la Toho (Kajiro Yamamoto, Hiroshi Inagaki) tout en poursuivant ses collaborations avec Naruse et Honda. En 1961, Il retourne au kaiju eiga avec « Mothra », l’un des plus beaux films du genre. Il y incarne le professeur Chujo, un scientifique bienveillant et humaniste souhaitant défendre des jumelles lilliputiennes d’un groupe d’hommes d’affaires véreux. Par la suite, il incarne de nombreux scientifiques, avec toujours plus ou moins de stoïcisme (Atragon). En 1963, Inoshiro Honda lui offre le rôle du skipper frustré de « Matango », sans doute l’un de ses meilleurs rôles. En 1964, il figure dans trois films de monstres : « Mothra contre Godzilla, Dogora » et « Ghidrah, The Three Headed-Monster ». En 1974, il reprend du service dans « Godzilla contre Mekanik Monster » et « La fin du monde d’après Nostradamus ». Dix ans plus tard, il est invité à célébrer la résurrection du père des kaiju dans « The Return of Godzilla » où il incarne un geolologue. Pendant de nombreuses années, Koizumi anime le jeu à succès «Quiz Grand Prix» et s’investit dans la production de longs-métrages. En 1994, il prête la voix à un Kappa monstrueux dans la série de Super Sentai « Ninja Sentai Kakuranger », le temps de deux épisodes. En 2003, il croise une dernière fois la route des kaiju dans « Godzilla : Tokyo S.O.S. « où il reprend, 42 ans après le « Mothra » d’origine, le rôle du professeur Chujo. En 2008, il participe à « Bringing Godzilla Down to Size », excellent documentaire de Norman England. Sa dernière apparition en tant qu’acteur date de 2009 avec la série «Shôkôjo Seira».

Fabien Mauro