Horreur made in Malaisie…. (voir ci-dessous)

mercredi 17 décembre 2014

 

Catégorie(s):

Extrait:
Co-écrit par le réalisateur-scénariste Wan Hasliza et Ellyna Ahmad, « Hysteria 2 », film d’horreur malais actuellement en préparation, voit les recherches d`une mère dont la fille a été kidnappée aboutir à une maison abandonnée. Elle ne se doute nullement, cependant, qu`une présence surnaturelle, originaire d`un autre monde, attend dans cet endroit effrayant…. On doit déjà au […]

Co-écrit par le réalisateur-scénariste Wan Hasliza et Ellyna Ahmad, « Hysteria 2 », film d’horreur malais actuellement en préparation, voit les recherches d`une mère dont la fille a été kidnappée aboutir à une maison abandonnée. Elle ne se doute nullement, cependant, qu`une présence surnaturelle, originaire d`un autre monde, attend dans cet endroit effrayant…. On doit déjà au cinéaste, dans ce domaine 
« Penuggu istana » (2011) où un tandem de chasseur de fantômes investit un vieux palace où une équipe d’une série télévisée avait précédemment affronter des phénomènes paranormaux. Auparavant, il avait notamment concocté le scénario de « Janin » (2010) où dans un petit village, les habitants sont confrontés à des vols multiples, les soupçons se portant sur une créature mystique qui aurait pris forme humaine.
Quant à Ellyna Ahmad, la co-scénariste, elle n`en est pas à son premier essai, loin s`en faut Attirée depuis l`âge de 4 ans par le cinéma d`horreur, une passion qu`elle partage avec ses parents, elle a commencé à écrire des scripts à 12 ans. « Adolescente, j`ai adoré les slashers » dit-elle, « mais en grandissant, j`ai davantage penché pour le cinéma d`horreur asiatique. Ces films sont différents de ceux faits à Hollywood. Ils sont plus ancrés dans le réalisme et chaque pays possède un thème distinctif. Par exemple, les films d`horreur thaïlandais concernent généralement le karma et les rituels. Ceux japonais sont généralement centrés sur la vengeance et des choses liées aux personnes. Ils utilisent également des objets modernes dans leurs histoires tels que les mobiles ou des cassettes vidéo hantés ». La jeune femme espère du reste écrire pour une série télévisée se focalisant sur les phobies. Le principal défi, toutefois, qu`elle doit affronter, est de convaincre les producteurs locaux d`investir dans ses idées. « Ils pensent parfois que les purs films d`horreur sont dénués de potentiel commercial. Les malaisiens préfèrent d`ordinaire des choses plus légères et amusantes ». Ses efforts ont cependant abouti, puisque deux de ses récents scénarios ont été portés à l`écran. Le premier, « Tujuh « (« 7 ») sortant ce moi-ci, se situe dans les années 70, où sept adolescents séjournent pour leurs courtes vacances universitaires dans la maison familiale de l`un d`entre eux, Sam, une demeure inquiétante située au sommet d`une colline. Au cours d`une soirée «festive» l`un des participants viole Suri, la fille du gardien. La fête terminée, Suri fait face à Sam et ses amis et jure de se venger en les tuant à travers les rêves. Le second film imaginé par Ellyna Ahmad, intitulé « Harmonica », sortira pour sa part courant 2015.