Late Night with the Devil

mercredi 7 juin 2023

 

Catégorie(s):

Extrait:
Un talk show sème la terreur dans les foyers

LA NUIT DU DÉMON

Petit budget australien, coproduit par les Émirats arabes unis, présenté avec succès au festival South by Southwest, Late Night with the Devil, a été réalisé par les frères Cameron et Colin Caimes (Scare Campaign, 100 Bloody Acres). À la fois macabre et drôle, le film est un renvoi aux bandes horrifiques des seventies. Il se déroule en 1977 au cours d’une émission télévisée en direct, «Night Owls», qui dérape, libérant le Mal dans les salons du pays, sous la forme d’un démon appelé Mr.Wriggles. L’acteur américain montant David Dastmalchain (Dune, The Suicide Squad) incarne l’animateur de fin de soirée Jack Delroy, qui pratique l’humour dans son émission «Night Owls», glissant des gags d’actualité et diverses plaisanteries pour le public. Mais il est en ébullition. Sa femme est décédée il y a un an, et les cotes d’écoute sont en baisse. Cependant, il a un plan pour renverser la vapeur : non seulement il a invité pour une soirée spéciale Halloween une chercheuse en sciences occultes et un sceptique professionnel, mais il a également convié à son show Lilly, une adolescente que l’on dit possédée. Les choses vont mal se passer, le film étant conçu comme un found-footage sur ce qui est arrivé lors de cette dernière diffusion de «Night Owls» le 31 octobre 1977 – 45 ans après l’événement télévisé qui a choqué une nation. « Nous avons juste pensé que si le diable essayait de s’accrocher à cette émission, il voudrait un public aussi large que possible », exlique Colin Caimes à propos de la décision de situer le film aux États-Unis. Les deux frères ont eu l’idée du métrage après leur première œuvre, 100 Bloody Acres, en 2012. Un amour pour les films d’horreur des années 70 mélangé à de bons souvenirs de la télévision de fin de soirée des années 1970 à 1980. « La formule de fin de soirée elle-même n’a pas changé », déclare Colin. «Ce qui a changé, et pourquoi nous aimons tant cette époque, c’est que les choses semblent beaucoup plus raffinées, scénarisées et produites maintenant. Auparavant, tout semblait beaucoup plus spontané, et un peu plus dangereux. Les gens étaient libres de dire ce qu’ils avaient en tête et étaient moins préoccupés par le fait d’offenser. Si l’on devait être cynique, on pourrait dire que Late Night with the Devil prouve que les stars de la télévision feront tout pour maintenir leurs cotes d’écoute». Et il ajoute en riant : «Cela n’a pas changé en 50 ans. En fait, c’est probablement pire maintenant ». Ce mélange entre Network – Main basse sur la TV de Sidney Lumet et Rosemary’s Baby a eu es faveurs de Stephen King. «C’est absolument génial. Je ne pouvais pas en détacher les yeux de l’écran» a-t-il ainsi déclaré.