Le Alien de Giger réapparaît dans la suite de « Prometheus »… (voir ci-dessous)

samedi 12 décembre 2015

 

Catégorie(s):

Extrait:
L’un des principaux reproches adressés par les fans à l’encontre du « Prometheus » de Ridley Scott était que le film ne montrait véritablement aucune des conceptions originales de HR Giger, la préquelle d’ « Alien » n’ayant opté que pour une brève scène à la fin avec une créature en forme de poulpe géant. […]

L’un des principaux reproches adressés par les fans à l’encontre du « Prometheus » de Ridley Scott était que le film ne montrait véritablement aucune des conceptions originales de HR Giger, la préquelle d’ « Alien » n’ayant opté que pour une brève scène à la fin avec une créature en forme de poulpe géant. Le cinéaste vient de révéler que la première des suites de « Prometheus », « Alien : Covenant », non seulement restituera à l’écran la conception originale de l’extraterrestre en action, mais également toutes ses différentes incarnations. « Nous les aurons toutes. Les œufs, le Facehugger, le Chestburster et le grand monstre. Les protagonistes se rendent sur la planète dont les Ingénieurs sont originaires, et se heurtent à la créature évolutive qu’ils ont créée.. Pourquoi l’ont-ils faites ? Et pourquoi ont-ils fait une bête aussi terrifiante ? Elle a un côté biomécanique, c’est une arme. C’est ce que va expliquer le film tout en réintroduisant l’alien». « Alien : Covenant » (nom du vaisseau spatial à bord duquel s’embarque l’expédition, se dirigeant vers une planète lointaine de l’autre côté de la galaxie, le monde dangereux des Ingénieurs) va entrer en production à Sydney pour une sortie fixée au 8 octobre 2017.

Précédentes news du 22 novembre 2015 :

Ridley Scott a annoncé ses plans pour deux autres séquelles à « Alien : Covenant », suite de « Prometheus », qui se tournera en Australie à partir de mars. Covenant est le nom du vaisseau spatial via lequel un équipage se rend sur une planète située aux confins de l’univers, et qui paraît être un paradis inexploré. Mais en réalité, il s’agit d’un monde sombre et dangereux qui les attend, ainsi qu’un revenant : l’androide David (Michael Fassbender, qui rempile), rescapé du désastre de « Prometheus ». «C’est une évolution de ce que j’ai fait initialement avec le premier « Prometheus», déclare le cinéaste, «qui était une conséquence de ma frustration suite au premier « Alien ». Je n’ai tourné qu’un film de la série, car normalement, je ne fais pas de suites. J’ai été toutefois surpris que dans les trois qui ont suivi, aucun ne se soit posé la question de savoir d’où venait la créature, qui l’avait créée et pourquoi. Des questions très basiques. Donc j’ai commencé à expliquer tout ça dans « Prometheus ». Maintenant, je prépare donc la séquelle, directement liée au précédent. Lorsqu’elle sera terminée, deux autres films viendront, qui nous reporteront à l’original de 1979. Pourquoi le Space Jokey était-il là et pourquoi il y avait un Alien à l’intérieur de lui ? Toutes ces questions auront finalement leurs réponses».