Le comédien Richard Lynch (72 ans) est décédé hier (voir ci-dessous)

mercredi 20 juin 2012

 

Catégorie(s):

Extrait:
Le comédien Richard Lynch (72 ans) est décédé hier. Son visage balafré était le résultat d`un accident lors d`un trip sous acide à la fin des années 60 où il s`était brûlé, mais ce regard défiguré le conduisit à jouer une multitude de méchants dans plus de 100 films au fil d`une carrière qui s`étend […]

Le comédien Richard Lynch (72 ans) est décédé hier. Son visage balafré était le résultat d`un accident lors d`un trip sous acide à la fin des années 60 où il s`était brûlé, mais ce regard défiguré le conduisit à jouer une multitude de méchants dans plus de 100 films au fil d`une carrière qui s`étend sur quatre décennies. Né dans une famille nombreuse le 12 février 1940 à Brooklyn (ou selon d`autres sources le 12 février 1936), il rejoint le corps des Marines en 1958, où il servira durant quatre ans en tant que caporal, faisant un tour du Moyen-Orient avec la Sixième Flotte. Puis il commencera sa formation de comédien avec Herbert Berghof et Uta Hagen au HB Studios à New York, et plus tard intensivement avec Lee Strasberg au Carnegie Hall. En 1970, il devient un membre permanent de l`Actors Studio et passe des années dans le milieu du théâtre new-yorkais à jouer dans des dizaines de productions de Broadway et off-Brodway, les pièces les plus notables étant « Un lion en hiver », « Les Diables », « Richard III » et «Une vue du pont ». Dans son premier film, L`Epouvantail en 1973, il joue un prisonnier effrayant qui viole Al Pacino, le métrage remportant le Grand Prix au Festival de Cannes. Sa performance lance sa carrière cinématographique et le conduit à Hollywood, où il travaille dans le cinéma et la télévision (« Galactica », « Manimal », « Tonnerre de feu », « La malédiction du loup-garou », « Star Trek : La Nouvelle Génération ») . Les fantasticophiles se souviendront principalement de lui pour ses prestations dans « The Premonition » de Robert Allen Schnitzer et  » Meurtres sous contrôle » de Larry Cohen (1976), « Les gladiateurs de l`An 2000 » (1978), « The Ninth Configuration » de William Peter Blatty (1980), « Invasion U.S.A ». de Joseph Zito et « Amazonia la jungle banche » (1985) de Ruggero Deodato, qu`il retrouvera deux ans plus tard pour le savoureux « Les Barbarians ». « Bad Dreams » d`Andrew Fleming (1988) lui permet de retrouver un rôle dans la lignée du Freddy Kruger des « Griffes de la nuit » tandis que dans « After Shock » de Frank Harris (1990) il joue un commandant durant la 3e Guerre mondiale. Suivront « Alligator II, la mutation « de Jon Hess et « Future Cop 2 » de Charles Band (1991). Signalons également sa participation dans les direct-to-video « Puppet Master 3 : Toulon`s Revenge » de David DeCoteau (1991), « Scanner Cop » de Pierre David (1994), « Cyborg 3: The Recycler » de Michael Schroeder (1994), » Le Loup-Garou » de Tony Zarindast (1996), « Halloween » de Rob Zombie (2007), « Chrome Angels » de Leigh Scott, « Laid to Rest » de Robert Hall et « The Rain » de Douglas Schulze (2009), « Ressurrection » de Jeff Burr (2010) et « Gun of Black Sun » du même cinéaste féru de fantastique (2011). Actif jusqu`à la fin, Richard Lynch venait de terminer « The Lords of Salem », le nouveau Rob Zombie, où il campe le Révérend John Hawthorne, aux côtés de Dee Wallace, Udo Kier, Sid Haig, Camille Keaton, Ken Foree, Lisa Marie et Michael Berryman. Sa performance dans le rôle du maléfique Roi Cromwell dans « L`Épée sauvage » d`Albert Pyun lui avait valu de remporter le prix du meilleur acteur aux Saturn Awards de la part de l`Academy de Science Fiction et de Fantastique en 1982. En 2007, il incarna le président des États-Unis dans la parodie « Mil Mascaras vs the Aztec Mummy » de Jeff Burr et Chip Gubera (2007). Lors de son temps libre, Richard Lynch appréciait les arts, l`architecture, la musique et la poésie, parlant couramment plusieurs langues dont l`allemand et l`italien.