Lee Daniels va diriger « Demon House` (voir ci-dessous)

lundi 17 novembre 2014

 

Catégorie(s):

Extrait:
C`est le réalisateur afro-américain Lee Daniels producteur des acclamés « À l`ombre de la haine » et « The Woodsman » et auteur célébré de « Precious » et du « Majordome », qui va diriger, pour Relativity Media et Turn Left Productions, « Demon House », basé sur le cas de Latoya Ammons et de sa famille, qui affirme avoir été victimes d`une possession […]

C`est le réalisateur afro-américain Lee Daniels producteur des acclamés « À l`ombre de la haine » et « The Woodsman » et auteur célébré de « Precious » et du « Majordome », qui va diriger, pour Relativity Media et Turn Left Productions, « Demon House », basé sur le cas de Latoya Ammons et de sa famille, qui affirme avoir été victimes d`une possession démoniaque ayant duré plus de deux ans.

voir précédentes news du 17 avril 2014

Relativity Media (« Robin des Bois », « Les Immortels ») a obtenu les droits concernant l`histoire de Latoya Ammons et des siens, lesquels subirent un exorcisme à la suite d`une série d`événements étranges et inquiétants. Plusieurs maisons de production étant intéressées par ce fait-divers, relaté à l’époque dans les journaux américains, d`une famille victime d`une possession démoniaque, cette acquisition fut précédée d’une véritable guerre des enchères. Les événements remontent quant à eux à trois ans, lorsque Latoya Ammons et ses trois enfants firent l`expérience d`incidents terrifiants dans leur maison de location à Gary, banlieue du sud-est de Chicago, qui abrite déjà un théâtre fantôme, le Palace, symbole du déclin de la ville. Parmi les épisodes étonnants relatés, les enfants auraient fait de la lévitation, se seraient étranglés mutuellement et auraient parlé d’une voix grave et profonde, en poussant des grognements, sans qu’aucun d’entre eux ne se souvienne des faits ultérieurement. Le bureau de police de Gary, le ministère des Services de l`enfance, l`église locale et l`hôpital de la ville se seraient impliqués dans ce dossier, établissant des rapports prenant au sérieux les événements «surnaturels», policiers, docteurs et travailleurs sociaux ayant été témoins de plusieurs incidents. Ainsi, le quotidien Indianapolis Star écrivit à l`époque un long article sur le sujet, relatant notamment que la déléguée du ministère public aurait évoqué une visite à l`hôpital où l`un des trois fils, âgé de 9 ans, et séjournant dans ces lieux, arborait un « sourire diabolique » tout en se déplaçant bizarrement lors d’une crise. Des exorcismes furent effectués en présence de la police, révélant à quel point celle-ci prenait au sérieux la possibilité de possession démoniaque même si les enfants des Ammons furent ultérieurement séparés de leur mère par une assistante sociale prétextant que celle-ci aurait pu abuser d`eux en les incitant à des délires. Quoi qu’il en soit, cette histoire s’avère en tout cas parfaite pour une transposition à l’écran, surtout dans le contexte actuel où, de « Paranormal Activity » à « Insidious » en passant par « The Conjuring », le public réserve un vif succès aux films traitant d’exorcisme et de possession. L’un des participants de cette affaire, le révérend Michael Maginot, auteur des exorcismes, avait conclu voici quelque temps un accord avec la firme Evergreen Media (« The Conjuring »), mais c`est à présent Relativity qui est détentrice des droits liés aux principaux protagonistes de ces évènements. Jackson Nguyen et Todd Crites de Turn Left Productions produiront le film pour le studio, qui le financera et le distribuera.

http://www.indystar.com/story/news/2014/01/25/the-disposession-of-latoya-ammons/4892553/