L`excellent livre de Denis Chollet sur Jean Boullet, dont sont extraites les photos suivantes….

jeudi 16 juin 2011

 

Catégorie(s):

Extrait:
Résumé de Jean Boullet, le précurseur Né en 1921, Jean Boullet a tenté dès sa prime jeunesse de fuir un milieu familial par trop classique afin de vagabonder dans le monde des rêves. Très vite, il superposera imagination et réalité, expérimentant d`étranges quintessences. Lancé dans Saint-Germain-des-Prés à la libération comme dessinateur et critique laudatif du […]

Résumé de Jean Boullet, le précurseur
Né en 1921, Jean Boullet a tenté dès sa prime jeunesse de fuir un milieu familial par trop classique afin de vagabonder dans le monde des rêves. Très vite, il superposera imagination et réalité, expérimentant d`étranges quintessences. Lancé dans Saint-Germain-des-Prés à la libération comme dessinateur et critique laudatif du cinéma d`épouvante, il illustre Boris Vian et quelques morts célèbres comme Edgar Poe ou Verlaine. Il côtoie Edith Piaf, Michel Déon, Marie-Laure de Noailles, Jean Cocteau, Juliette Gréco, Jacques Chazot, Piéral, Guitry, Carné, Roland Lesaffre, Kenneth Anger, Félix Labisse, Lise Deharme, Michel Laclos… A plusieurs reprises, il voyage au Maghreb. E se dit « Peintre de la beauté masculine ». Curieux de sexologie, observateur érudit des mythes populaires, féru des bizarreries en tout genre, grand collectionneur, co-fondateur de revues de cinéma, ami et exégète des illusionnistes, auteur de plusieurs essais de référence, animateur despotique de son ciné-club privé et de la « Société des Amis de Bram Stoker », marchand d`illustrés anciens, tel fut Jean Boullet. E se voulait  » imagier  » mais son comportement outrancier l`entraîna bien au-delà, dans une rockn`roll attitude jouée en permanence sur son propre théâtre de la cruauté. Discours blasphématoire et anti-clérical, dérive onirique où coexistent tritons magnifiques et monstres répugnants, cris d`admiration excessifs, tatouages et chirurgie du visage sont quelques repères au milieu d`une quête désespérée des émotions enfantines. Tout de cuir vêtu avant la mode, homosexuel extraverti, cyclothymique, victime de quelques amitiés crapuleuses, il vécut un lent rétrécissement au cours d`un itinéraire foncièrement masochiste, dans un climat de gaieté explosive. Instable, ayant gâché ses capacités artistiques et dilapidé sa fortune, il part pour l`Algérie persuadé d`une conversion à l`Islam. On le retrouve pendu à un arbre en décembre 1970. Laissant derrière lui les adorateurs ou exploitants d`images anciennes, de robots ou de copies de films, Jean Boullet s`est évadé du Pouvoir qui produit cette marchandise d`évasion en payant le prix fort. De Saint-Germain-des-Prés à Mai 1968, l`itinéraire d`un précurseur.