Live or Let Die : zombies germains

mardi 24 novembre 2020

 

Catégorie(s):

Extrait:
Un film de zombies venu d’Allemagne, par un spécialiste des effets visuels. Nouveau film de zombie made in Germany, Live or let Die marque les débuts de son prometteur réalisateur, Manuel Urbaneck, un superviseur d’effets visuels (Seekers, Blood Feast, Scars of Xavier, Rootwood), auteur en 2014 d’un court-métrage éponyme très remarqué. À la suite d’une […]

Un film de zombies venu d’Allemagne, par un spécialiste des effets visuels.

Nouveau film de zombie made in Germany, Live or let Die marque les débuts de son prometteur réalisateur, Manuel Urbaneck, un superviseur d’effets visuels (Seekers, Blood Feast, Scars of Xavier, Rootwood), auteur en 2014 d’un court-métrage éponyme très remarqué. À la suite d’une épidémie de virus, l’espèce humaine est proche de l’extinction. Les morts-vivants errent à travers la contrée, chassant les vivants. Les rares humains restant, sans but, étant à la recherche d’un avenir meilleur. Le survivant et loup solitaire Nick trouve un vieux journal qui contient une carte, sa dernière chance d’espérer un sanctuaire plus sûr. Après une rencontre brutale avec l’insouciant John (Manuel Urbanek), les deux se réunissent et parcourent les terres ravagées et détruites. Jour après jour, c’est un dur combat de survie pour leur propre vie jusqu’à ce qu’ils se rendent compte qu’une seule chose est claire : indépendamment des morts, les survivants sont la plus grande menace ! « Le court-métrage sur lequel se base ce film fut le premier que j’ai réalisé. Il a été diffusé dans le monde entier lors de festivals et s’est retrouvé sur YouTube. Aujourd’hui 6 ans plus tard, il compte près de 1,5 million de vues, ce qui est impressionnant, d’autant plus qu’il est originaire d’Allemagne. En 2016, nous avons eu l’idée d’un long-métrage et quoi de mieux que, à partir de l’idée de base, de reprendre les personnages et de les transposer dans un long-métrage, et de revenir à la question qu’il y a d’énormes, d’immenses différences. D’en faire les effets spéciaux du drame. Nous avons tous pu apprendre au fil des ans » confie le cinéaste, également responsable de la photo et de la b. o., ayant écrit le scénario avec son partenaire à l’écran Jan Bohlenschmidt. « Notre plus grande inspiration est notre amitié de longue date, qui se reflète dans le film. Jan a non seulement apporté des idées, il a également interprété le même rôle que dans le premier court-métrage et est l’un des principaux acteurs. Live or Let Die n’est pas un pur film de zombies, c’est plutôt un drame post-apocalyptique. Les zombies ne jouent qu’un petit rôle dans le scénario, car les humains sont beaucoup plus brutaux que les morts-vivants. C’est un film d’horreur, de zombies et un drame. Nous prévoyons un nouveau long-métrage qui cette fois traitera du paranormal et de la démonologie ».