My Heart Can’t Beat Unless You Tell It To : maladie sanglante

jeudi 5 novembre 2020

 

Catégorie(s):

Extrait:
Le mythe du vampirisme abordé comme une terrifiante maladie. My Heart Can’t Beat Unless You Tell It To, premier long-métrage de Jonathan Cuartas, aborde le mythe du vampire d’un point de vue humaniste, traitant la malédiction comme une maladie en phase terminale. Thomas, le petit frère faible d’une famille est atteint d’une étrange maladie : […]

Le mythe du vampirisme abordé comme une terrifiante maladie.

My Heart Can’t Beat Unless You Tell It To, premier long-métrage de Jonathan Cuartas, aborde le mythe du vampire d’un point de vue humaniste, traitant la malédiction comme une maladie en phase terminale. Thomas, le petit frère faible d’une famille est atteint d’une étrange maladie : il a besoin de sang humain pour vivre. Ses deux frères, réduits en esclavage dans une maison sans lumière, sont emportés par le sentiment de culpabilité et, surtout, par l’affection qu’ils éprouvent pour leur cadet. Le film emprunte son titre à une chanson d’amour pour livrer, via le fantastique le plus réaliste, une histoire déchirante sur la longue maladie, le processus de culpabilité et les chaînes qui nous accompagnent toute notre vie.