OUVERTURE À LYON D’UN MUSÉE MINIATURES ET CINÉMA (voir ci-dessous)

lundi 18 avril 2011

 

Catégorie(s):

Extrait:
Inauguré le 16 avril dernier en Présence de Gérard Colomb, maire de la ville, et de Thierry Frémaux, directeur de l’Institut Lumière et délégué général du festival de Cannes, les deux nouvelles salles du Musée des Miniatures dédiées aux effets spéciaux ont ouvert leurs portes. Situé dans la “Maison des Avocats”, splendide bâtisse XVIe siècle […]

Inauguré le 16 avril dernier en Présence de Gérard Colomb, maire de la ville, et de Thierry Frémaux, directeur de l’Institut Lumière et délégué général du festival de Cannes, les deux nouvelles salles du Musée des Miniatures dédiées aux effets spéciaux ont ouvert leurs portes. Situé dans la “Maison des Avocats”, splendide bâtisse XVIe siècle au cœur du vieux Lyon dans le quartier Saint-Jean, le Musée a été créé en 2006 par Dan Ohlman, au départ ébéniste, et qui s’est fait une spécialité des panoramas intérieurs miniaturisés. Un ensemble riche aujourd’hui de 120 pièces représentant des trésors de patience et de dextérité, parmi lesquels l’amateur de fantastique apprécie tout particulièrement L’espace Jurassique, salle de muséum où sont exposés squelettes et reconstitutions de dinosaures… Des miniatures aux trucages et maquettes pour le cinéma fantastique et de science-fiction, il ne doit y avoir qu’un pas puisque Dan Ohlman, avec la collaboration de Laurie Chareyre, autre miniaturiste, et d’Alain Biélik, rédacteur en chef du magazine SFX, a monté tout un étage consacré aux effets spéciaux, soit 1000 m2 où ont exposées 200 pièces appartenant à une centaine de films différents. Impossible bien sûr de tout citer mais, parmi les enveloppes grandeur nature , impressionnent particulièrement la créature insectoïde du Mimic 2 de Jean de Segonzac, un robot du I Robot d’Alex Proyas, le “bélier mécanique” de Buffy contre les vampires, un magnifique légionnaire de la garde impérial de Gladiator. Mais aussi des têtes (celle, écorchée de Schwarzzie dans Terminator ), bustes éviscérés, membres de toutes sortes, armes, objets les plus divers. Pièce de choix, l’astronef Lewis & Clark de Event Horizon, long de plus de quatre mètres. Des panneaux explicatifs décrivent les différents effets spéciaux non informatisés (stop et go motion, etc). Bref, un ensemble qui ravira aussi bien les amateurs chevronnés que les visiteurs de hasard. Le musée n’est pas figé, des échanges devant être effectués avec divers organismes, dont la Cinémathèque française, de même que des expositions temporaires seront régulièrement organisées. L’occasion d’un détour par Lyon ?
Musée des miniatures et décors de cinéma
60 rue Saint-Jean – 69000 Lyon, tel. O4 72 00 24 77. www