Que la Force soit avec toi : l’Ordre des Chevaliers Jedi (lire ci-dessous, ainsi que tous les autres articles)

lundi 5 novembre 2007

 

Catégorie(s):

Extrait:
Que la Force soit avec toi : l’Ordre des Chevaliers Jedi Dès « Un Nouvel Espoir », les chevaliers Jedi font leur apparition incarnée par l`un des plus fameux d’entre eux, Obi-Wan Kenobi. Ordre ancien et légendaire, dont les enseignements sont tombés dans l’oubli, il est en voie d’extinction dans ce premier opus, mais le […]

Que la Force soit avec toi : l’Ordre des Chevaliers Jedi

Dès « Un Nouvel Espoir », les chevaliers Jedi font leur apparition incarnée par l`un des plus fameux d’entre eux, Obi-Wan Kenobi. Ordre ancien et légendaire, dont les enseignements sont tombés dans l’oubli, il est en voie d’extinction dans ce premier opus, mais le nom des Jedi demeure chargé de mystère et d’héroïsme. Il faudra attendre la prélogie et « La Menace Fantôme » pour qu’ils surgissent dans toute leur gloire.

Le nom de Jedi, jusqu’à l’Épisode I, résonnait, en effet, aux oreilles du public comme le souvenir d’un ancien ordre mystique, composé de chevaliers guerriers respectant un code d’honneur, mais qui s’était écroulé avec l’Ancienne République sous les coups conjugués de l’Empereur et de Dark Vador. La Force demeurait également un objet de mystère sur lequel les films seront avares en information. Comme bien d`autres explications relatives aux Jedi, elles nous seront révélées dans les ouvrages parus postérieurement à la diffusion de la trilogie classique, et ce avant que la prélogie ne s`illustre à l`écran.

L’ancien ordre Jedi

Si Luke Skywalker (Mark Hamill) admet d`emblée le bien fondé des enseignements de Obi-Wan (Alec Guiness) lors de sa rencontre avec le vieil homme, on s’aperçoit cependant que le code des chevaliers Jedi est, à cette époque, tombé en désuétude. Dans la trilogie classique, ils sont traqués par les sbires de l’Empire et isolés, seuls Obi-Wan et Yoda ayant survécu. Leur ordre ne suscite plus que scepticisme ou mépris. Moth Tarkin (Peter Cushing) parle d’une vieille religion oubliée et l’un de ses officiers provoque ouvertement Dark Vador (“Cessez de brandir votre baguette de sorcier dérisoire Seigneur Vador. Et cessez de vous accrocher à l’ancienne religion”) avant que ce dernier ne lui fasse une démonstration de la puissance de ses pouvoirs.
Dans ce premier opus, tout contribue à nimber les Chevaliers Jedi de mystère, notamment à propos de leur disparition, et seules quelques bribes d’informations sont lâchées. Obi-Wan se montre laconique : les Jedi étaient autrefois puissants, mais ils furent tous exécutés par l`un des leurs, son ancien apprenti, Dark Vador, passé du côté obscur de la Force. Il peut néanmoins sembler surprenant que le souvenir des chevaliers Jedi se soit aussi vite effacé alors que les événements relatés dans la prélogie remontent tout au plus à 30 ans. Rares sont également ceux qui ont pu rencontrer des Jedi pour en déduire que leurs pouvoirs sont “dérisoires”. Mais on peut y voir aussi une licence scénaristique destinée à démontrer que les croyances en la Force n`étaient partagées que par une poignée d’initiés et donc quasi inaccessibles et méconnues de l’ensemble du monde environnant.

Le Temple de la renommée

La prélogie, destinée à nous éclairer sur l’avènement de l’Empire et la chute d’Anakin Skywalker, recentre ses intrigues sur les jeux de pouvoir au sein de la République et le rôle joué par les Jedi dans ces évènements. La Menace Fantôme nous dévoile ainsi les premières images du Temple Jedi. Situé sur Coruscant, il domine la ville de ses hautes tours au sommet desquelles se trouve la chambre du Conseil où se réunissent les maîtres Jedi. Nous y faisons la connaissance de tous les membres dont Yoda et Mace Windu (Samuel L. Jackson). Les autres, figures fugitives aux physiques variés, cintrés dans l’habituelle tenue marron et beige des Jedi, appartiennent pour beaucoup à des espèces extraterrestres. La chambre du Conseil accueille 12 Maîtres Jedi chargés d`y prendre les décisions les plus importantes. Le Conseil constitue une sorte d’interface entre l’Ordre, le gouvernement de la République et le Sénat.
Ce Conseil ne paraît comporter aucun leader, sans doute parce que les Jedi, contrairement aux Sith, n`aspirent guère au pouvoir. Cependant on devine que Yoda est le membre le plus respecté et le plus écouté. C’est lui qui aura la prescience du sombre avenir d’Anakin lorsque celui-ci, enfant, est amené à une réunion du Conseil (La Menace Fantôme).
L’opus nous fait découvrir une vaste pièce, claire et dépouillée, encadrée par de grandes baies vitrées qui laissent entrevoir en arrière plan le ballet incessant des vaisseaux croisant sur Coruscant. Le sol recouvert de marbre révèle un motif central rond. Aux étages inférieurs du Temple se trouvent les zones de stockage, les hangars pour les speeders, les ateliers ainsi que les quartiers du personnel. L’immensité de la Galaxie rend difficile le respect de la loi et les chevaliers Jedi (au nombre de 9000 au temps de leur prospérité) la parcourent constamment tandis que 200 d’entre eux demeurent en permanence dans le Temple pour assurer la stabilité du pouvoir politique à Coruscant.
Difficile de ne pas faire le parallèle entre le cycle des Chevaliers de la Table Ronde et les Chevaliers Jedi, animés par une même quête spirituelle à laquelle ils prêtent leurs bras armés. On peut aussi voir en eux, des sortes de moines guerriers, ou des Templiers qui, totalement dévoués à leur mission adoptent le célibat, ce qui explique la désapprobation d’Obi-Wan lorsqu’il apprendra le mariage secret d’Anakin et de Padmé.
Dans L’Attaque des Clones, nous pouvons enfin voir les chevaliers Jedi intervenir en nombre dans l’arène de Geonosis alors que jusqu’à présent nous avions suivi leurs exploits individuellement ou en tandem. La scène est superbe tant graphiquement que par la qualité des combats livrés. Elle s`avérait nécessaire tant pour montrer l`implication des Jedi dans la défense de la République que leurs qualités guerrières.

Au commencement était la Force

L’Ordre Jedi est ancestral, et sous sa bannière la Force unit les chevaliers qui le serve. La Force est une sorte de champ d’énergie mystique qui anime les êtres vivants et confère aux Jedi des pouvoirs paranormaux et spirituels influents. Les préceptes de la Force sont enseignés à de jeunes élèves (apparaissant pour la première fois dans la prélogie) avant qu`ils n`acquièrent le statut d`apprentis, les padawans, et ne soient confiés à un Maître Jedi. Au terme d’un long cheminement intérieur, ces apprentis évoluent et accèdent au rang de Chevaliers Jedi. Pour certains cette progression semble trop laborieuse et souvent Anakin Skywalker (Hayden Christensen) s`en plaindra, considérant qu`Obi-Wan freine son avancement. En dernier ressort, ceux qui ont démontré des qualités exceptionnelles, deviennent Maîtres Jedi. C’est parmi ces individus d`exception que sont choisis les membres du Haut Conseil de l’Ordre.
L’instruction des jeunes élèves y est dispensée avec rigueur afin d’éviter que les prétendants ne se laissent séduire par le côté obscur de la Force et ne deviennent ainsi une réelle menace. Le calme et la sérénité sont impérativement requis, sachant que colère, peur et haine alimentent le côté obscur de la Force. Ainsi, Dark Vador et l’Empereur tenteront à différentes reprises de susciter la colère chez Luke afin qu’il bascule à son tour dans les ténèbres.
Longtemps et vainement, on s`interrogea sur la façon dont certains enfants étaient appelés à devenir des chevaliers Jedi. Dans La Menace Fantôme, on apprend enfin que leur sang contient des midi-chloriens, particularité visant à les considérer comme des Jedi potentiels. Mais si des midi-chloriens courent dans les veines de chaque Jedi, certains en sont bien davantage pourvus, comme Anakin, l’Élu présumé des traditions Jedi, auquel Qui-Gon Jinn croyait fermement.
L’arme de prédilection des Jedi est le sabre laser, objet à la fois élégant et mortel lorsqu`il est manié par un Maître Jedi. “L’arme noble d’une époque civilisée”, dira Obi-Wan Kenobi (Un Nouvel Espoir). Cette arme Jedi est une constante incontournable de la saga de même que les légendaires combats au sabre laser, véritables piliers des différents opus, qui donnent lieu à de grandes scènes d’action. En effet, les Jedi non contents de manier leur sabre allègrement, effectuent des pirouettes et des sauts défiant la gravité, qui constituent un véritable ballet chorégraphique. Les duels furieux entre Luke et Dark Vador préfigurent ceux de la prélogie. Mais au fil du temps, ils ont néanmoins gagné en rapidité et en fluidité, particulièrement depuis l’apparition de Dark Maul (Ray Park).
Alec Guiness demeurera sans doute l`un des Chevaliers Jedi les plus charismatiques. Il a su conférer un caractère attachant à un personnage qui n’apparaîtra sous ses traits que dans l’Épisode IV et fugitivement dans les volets V et VI, s’imposant immédiatement comme l’alter ego positif de Dark Vador. S`il n`est guère aisé d`exprimer à l`écran la sérénité et la sagesse qui distinguent ce chevalier Jedi, sa subtile interprétation y pourvoira largement alors que dans le même registre le jeu de Liam Nesson (Qui-Gon Jinn), que l’on a connu plus inspiré, confine plutôt à l`indolence en dépit de sa prestance. Ewan McGregor saura renouveler le personnage d`Obi-Wan et lui imprimer de la profondeur, passant du jeune apprenti fougueux de La Menace Fantôme au sage chevalier, habité par une force intérieure, tout en préservant l`attitude décontractée et la bienveillance amusée d’Alec Guiness (L’Attaque des Clones).

La vengeance aux deux visages

Utilisée mal à propos, la Force mal peut se révéler négative, c’est-à-dire détournée de son valeureux but initial. C’est là qu’interviennent les Seigneurs Sith, alter ego négatifs des Chevaliers Jedi, exploitant la Force à des fins personnelles de pouvoir et de conquête. Pour George Lucas, “Les Sith sont les ennemis ultimes des Jedi”. Ils n’hésitent pas davantage à recourir à détruire quiconque leur fait obstacle comme en témoigne le massacre des élèves Jedi par Anakin dans La Revanche des Sith, puis ses longues traques ultérieures des chevaliers encore en activité.
À l’exception du Comte Dooku (Christopher Lee), leur apparence reflète leur personnalité sombre et tourmentée, que l’on songe à l`impressionnant costume de Dark Vador (David Prowse), au visage dévasté de l’Empereur ou à l`aspect quasi-diabolique de Dark Maul (Ray Park). Généralement revêtus de noir, ils accentuent encore l’opposition symbolique entre le Bien (les Jedi) et le Mal (les Sith).
Si la trilogie classique ne nous apprenait que peu de choses sur eux, les sources annexes (livres, C-Rom, jeux) nous dévoilent le passé des Seigneurs Noirs. Un Jedi déchu s’installa des siècles plus tôt sur la planète Sith, un monde dominé par une antique civilisation qui exploitait le côté obscur de la Force pour en extraire sa puissance. Le Jedi déchu put s’emparer de leur pouvoir, les asservir puis créer la lignée des Seigneurs Noirs de Sith. Ils y seront rejoints des millénaires après par de dissidents Jedi Noirs, qui avaient combattu les chevaliers demeurés fidèles au côté lumineux de la Force. La menace Sith ne cessera alors de planer sur la galaxie avant que les Chevaliers Jedi ne parviennent à la vaincre, et pensent l`avoir totalement éradiquée jusqu’à l’apparition de Dark Maul. En fait, Dark Bane, seul Maître Sith rescapé de la défaite, reprit patiemment l`œuvre des siens et décida de ne plus avoir qu’un seul élève afin de perpétuer secrètement l’Ordre Sith. Dorénavant, seuls deux Sith officieront de concert, le maître et son élève (La Menace Fantôme). Sith suprême, Dark Sidious, l’Empereur (Ian Mc Diarmind), eut plusieurs apprentis, Dark Maul, le Comte Dooku puis Dark Vador. Le Comte Dooku saura palier la mort de Dark Maul avant d’être à son tour éliminé par Anakin Skywalker qui lui succèdera dans La Revanche des Sith. L’Ordre Jedi s’éteindra avec l’avènement de l’Empire.
Le Retour du Jedi met en scène un ultime Jedi, Luke, qui poursuit ainsi l’œuvre d’Obi-Wan et de Yoda. Au terme de la saga, une porte s`entrouvrait sur un renouveau de l’Ordre Jedi. George Lucas ayant annoncé officiellement son intention de ne pas donner suite à la trilogie classique, c’est principalement les livres qui nous en apprendrons plus sur l’avenir des chevaliers. Luke a créé une nouvelle académie des Jedi et, vingt ans après Le Retour du Jedi, le troisième enfant de la princesse Leïa et de Han Solo, Anakin, devient à son tour Jedi et suit l’enseignement de son oncle Luke. La boucle est ainsi bouclée.

Élisabeth Campos