Robin Hardy, le réalisateur de THE WICKER MAN, est décédé… (voir ci-dessous)

lundi 4 juillet 2016

 

Catégorie(s):

Extrait:
Robin Hardy, le réalisateur de THE WICKER MAN, est décédé… Auteur du remarquable et culte « The Wicker Man » en 1973, basé sur un scénario d’Anthony Shaffer et Grand Prix du Festival International de Paris du Film Fantastique et de Science-Fiction, qui plongeait un agent de police dans la vie d’une secte aux rites […]

Robin Hardy, le réalisateur de THE WICKER MAN, est décédé…

Auteur du remarquable et culte « The Wicker Man » en 1973, basé sur un scénario d’Anthony Shaffer et Grand Prix du Festival International de Paris du Film Fantastique et de Science-Fiction, qui plongeait un agent de police dans la vie d’une secte aux rites étranges, le cinéaste anglais Robin Hardy nous a quittés le 2 juillet à l’âge de 86 ans. Né le 2 octobre 1929 dans le comté de Surrey, sous le nom de Robin St. Clair Rimington Hardy, il avait étudié l’art à Paris, dans les années 50, et commença sa carrière de metteur en scène à l’Office national du film du Canada, puis travailla aux USA où il réalise des programmes pour la télévision. Retournant à Londres il tourna des pubs télé, fut partenaire pendant 13 ans d’Anthony Shaffer au sein d’une société de production : Hardy, Shaffer & Associates, écrivit des romans historiques et fut impliqué dans la création de parcs à thèmes historiques aux USA. Son second long-métrage, « Angoisse à Dublin » (« The Fantasist », 1986), est un thriller, où une Irlandaise s’installant dans la banlieue de Dublin reçoit des coups de fil d’un étranger pendant que, par coïncidence, la ville est en proie à un serial-killer qui utilise cette méthode pour attirer ses victimes. Bien qu’au courant, elle se trouve irrésistiblement attirée par cet homme…Puis ce sera, pour le cinéaste, un retour à l’épouvante et aux rites païens avec « The Wicker Tree » (2011), d’après son roman «Cowboys for Christ», où, charmés par les habitants de Tressock, en Ecosse, deux jeunes missionnaires acceptent l`invitation de participer à un festival local, totalement inconscients des conséquences de leur décision. L’on retrouve dans ce film, dans la lignée thématique de « The Wicker Man », Christopher Lee, vedette du précédent, où, dans un rôle à contre-emploi, il campait Lord Summerisle, le gourou de la secte, l’une de ses meilleures prestations à l’écran (un fade remake de Neil LaBute avec Nicolas Cage sera tourné en 2006). Robin Hardy était également l’auteur d’une novelisation de « The Wicker Man » de même que du roman à succès «L’éducation de Don Juan».

The Wicker Man : la bande annonce

Une scène coupée (avec Christopher Lee) lors de sa sortie, remise dans la version restaurée de 2013 :

Le célèbre « Willow’s Song » de « The Wicker Man » :

The Wicker Tree : la bande annonce