Selon William Sanders, « Last Supper : The Russelllville Hacksaw Murders », qu`il va tourner cet automne, serait un spin-off de l

mercredi 23 juin 2010

 

Catégorie(s):

Extrait:
Selon William Sanders, « Last Supper : The Russelllville Hacksaw Murders », qu`il va tourner cet automne, serait un spin-off de la franchise « Halloween ». L`action se situe dans la paisible petite bourgade de Russellville, dans l`Illinois, où Charlie Bowles, un respectable père de famille et directeur de théâtre, va, une nuit d`Halloween, avoir un comportement terrifiant. « Last […]

Selon William Sanders, « Last Supper : The Russelllville Hacksaw Murders », qu`il va tourner cet automne, serait un spin-off de la franchise « Halloween ». L`action se situe dans la paisible petite bourgade de Russellville, dans l`Illinois, où Charlie Bowles, un respectable père de famille et directeur de théâtre, va, une nuit d`Halloween, avoir un comportement terrifiant. « Last Supper est basé sur une ligne de dialogue du Halloween de John Carpenter » déclare le scénariste-réalisateur. « Dans le film, le Dr. Loomis se rend dans un cimetière à la recherche de la tombe de Judith Myers. Là, le gardien lui raconte l`histoire de Charlie Bowles mais au milieu du récit, il est interrompu par Loomis sur et l`histoire d`Halloween se poursuit. La ligne de dialogue fait allusion au fait que chaque ville recèle un événement similaire. Le gardien évoque donc Charlie Bowles, de Russellville, par ces mots : « Voici 15 ans, Charlie Browles avait fini de dîner, s`excusa de quitter la table, se rendit dans son garage et prit une scie à métaux. Puis il revint dans la maison, embrassa sa femme et dit au revoir à ses deux enfants… ». Cette courte scène a laissé de nombreux fans intrigués – dont moi-même – se demandant ce que ce vieux Charlie Bowles avait bien pu faire ! Dans les recherches que j’ai effectuées pour le scénario de mon film, j`ai découvert que le dénommé Charlie Bowles avait bien existé. Il vivait à Russeville et était alors le propriétaire d`une salle de cinéma où le jeune Carpenter allait voir ses films, dont « Psychose », l`une de ses inspirations pour Halloween. Je suis un showman et mon film sera ainsi un témoignage de mon amour non seulement pour l`horreur mais également pour le cinéma et les hommes de spectacle ».