STAR WARS, VERSIONS ANIMÉES (lire ci-dessous)

lundi 5 novembre 2007

 

Catégorie(s):

Extrait:
` STAR WARS, VERSIONS ANIMÉES Si la saga « Star Wars » a depuis longtemps conquis le cœur des amateurs d’aventures sur grand écran, son histoire s’est également réinventée au fil des ans en romans, bandes dessinées, jeux vidéos ou encore séries télévisées animées… Animation story C’est le 17 novembre 1978 que Star Wars fit […]

`

STAR WARS, VERSIONS ANIMÉES

Si la saga « Star Wars » a depuis longtemps conquis le cœur des amateurs d’aventures sur grand écran, son histoire s’est également réinventée au fil des ans en romans, bandes dessinées, jeux vidéos ou encore séries télévisées animées…

Animation story

C’est le 17 novembre 1978 que Star Wars fit sa première apparition sur les petits écrans américains. Intitulé Star Wars Holiday Special (diffusé en France à Noël 1979 sous le titre Au temps de la guerre des étoiles) (NOTRE PHOTO) ce conte de Noël réalisé par Steve Binder combine le live et le dessin animé. Holiday Special narre les aventures de Chewbacca peu de temps après son retour sur sa planète d’origine, Kashyyyk. Souhaitant célébrer le Jour de la Vie en compagnie de sa femme Malla et de leur fils Lumpy, la brave peluche hirsute tente désespérément de fuir les impériaux lancé à sa poursuite. On retrouve dans cet opus bon nombre de héros de la trilogie, comme Luke Skywalker, Han Solo ou encore la Princesse Leia pour ne citer qu’eux, mais également de nombreuses guest stars venues en renfort comme Harvey Korman (La folle histoire du monde) ou Art Carney (Last Action Hero, Harry and Tonto).
Considéré par tous les fans de la saga comme un lamentable échec (avis que Lucas semble d’ailleurs partager puisque à l’heure actuelle il n’en existe plus aucune copie officielle), Holiday Special offre néanmoins quelques scènes d’anthologie dont le dessin animé de 9 minutes. Réalisé sous la gouverne de George Lucas par les studios Nelvana (œuvrant alors pour Hanna-Barbera), cette séquence animée raconte comment les membres de l’Alliance rebelle ont réussi à échapper à Boba Fett et à un étrange virus du sommeil sur une planète inconnue. Ce chasseur de prime sans le moindre état d’âme fait ici sa première apparition dans l’univers de Lucas. Autres séquences de choix, les scènes filmées pour le premier volet de la trilogie et non retenues pour le montage final, dont celle où l’on aperçoit Dark Vador arpentant les couloirs d’un destroyer, celle qui dévoile une publicité pour Tatooine ou encore un extérieur où un Flash Gordon miniature s’enfuit à travers les pattes d’un extraterrestre géant. N’oublions pas non plus le cours de cuisine offert par le Chef travesti Gormaanda que Malla suit à la télévision, dont le sens comique n’échappera à personne.
Et si les fans de Star Wars ont vu d’un très mauvais œil cet opus, c’est qu’ils n’y ont pas retrouvé ce qui faisait le charme de la version cinématographique. Ici, point de scènes d’action (à l’exception d’une séquence de 15 secondes où Han Solo fait un croche-pied à un stormtrooper pour sauver la vie de Chewie et de son fils) mais juste une succession de tendres moments où les bons sentiments sont de rigueur.

Ewoks et droids animés de bonnes intentions

En 1983, Le Retour du Jedi clôt la première trilogie Star Wars. Deux ans plus tard, la chaîne de télévision ABC propose sur sa grille de rentrée Ewoks & Droïds Adventure Hour. Ce dessin animé regroupe en réalité deux programmes différents, Droïds et Ewoks. Comportant 13 épisodes de 26 minutes et un de 50, Droïds s’arrêta au bout d’une seule saison, contrairement à Ewoks qui poursuivit sa carrière une seconde saison. La série, réalisée par les studios Nelvana, nous propose de suivre les aventures de C-3PO et de R2-D2, une quinzaine d’années avant leur rencontre avec Luke Skywalker. Au cours de ces nombreuses années, les deux droïdes connurent de nombreux propriétaires, qui les emmenèrent à travers la galaxie, ce qui leur permit de prendre peu à peu conscience de l’étendue de la domination de l’Empire et de découvrir qu’une Alliance Rebelle se mettait lentement en place.
Le show se divise en trois cycle différents : The Trigon One, Mon Julpa et The Adventures of Mungo Baobab. Dans le premier The Trigon One (épisodes 1 à 4), R2-D2 et C-3PO sont recueillis par deux jeunes pilotes de speeders, Thall Joben et Jord Dusat, se préparant pour la course de la Boonta Eve. Mais très vite, ils découvrent qu’un autre concurrent, Tig Fromm, a construit une arme secrète, le Trigon 1, et engagé Boba Fett pour les éliminer. Au cours du second Mon Julpa (épisodes 5 à 9), nos deux héros rencontrent dans une colonie minière, un androïde amnésique qui se révélera plus tard être Mon Julpa, le prince de Tammuz-An, qui œuvrera pour récupérer son trône et réunifier les différentes factions ennemies de sa planète. Dans The Adventures of Mungo Baobab (épisodes 10 à 14), R2-D2 et C-3PO arrivent sur une planète agricole, Biitu, occupée par l’Empire. En compagnie de leur nouveau maître, Mungo Baobab, nos deux acolytes vont partir à la recherche de joyaux précieux, ce qui ne semble guère plaire au gouverneur impérial Koong qui poursuit le même but.
Ewoks, l’autre série animée produite par Lucasfilm en 1985, fait suite à deux téléfilms diffusés sur ABC en 1984 et 1985, Les Aventures des Ewoks (The Caravan of Courage) et La Bataille d’Endor (The Battle for Endor). Ces deux téléfilms mettaient en scènes les habitants de la lune forestière d’Endor, les Ewoks, qui avaient aidé la Princesse Leia et ses amis dans la lutte contre l’Empire. Essentiellement destiné aux enfants, Ewoks vécu deux ans au fil de 35 épisodes de 22 minutes (13 pour la saison 1 et 22 pour la seconde). En France, la série a été en partie diffusée sur Antenne 2 dans l’émission Club Dorothée. L’animatrice vedette interpréta d’ailleurs la chanson du générique et trois autres titres (Les petits Ewoks, Nos amis les Ewoks et La planète des Ewoks).
Se situant quelques années avant les événements narrés dans Le Retour du Jedi, la série narre les aventures de Wicket W. Warick et de ses amis Kneesaa, Teebo, Lotara. Au cœur de la forêt d`Endor se cache en effet des créatures étranges et maléfiques, notamment Morag, un méchant sorcier Tulgah, le Shaman Dulock ou les combattants Dandelion. La lutte de Wicket se situe à deux niveaux, au sein de la tribu en battant ses ennemis, mais également parmi les siens dont il veut être reconnu. Dédié au plus jeunes, Ewoks encouru de nombreuses censures avant sa sortie sur les petits écrans. Paul Dini, qui rédigea le premier scénario, reçu comme consigne de ne jamais limiter la violence à sa plus simple expression. Les décisionnaires de la chaîne allant jusqu’à lui interdire tous contacts physiques du type coup de poing, ainsi que l’utilisation d’armes évoquant les blasters de la saga cinématographique.
Ces deux séries sont partiellement disponibles en dvd en zone 1 sous les titres Star Wars : Animated Adventures – Droids et Star Wars : Animated Adventures – Ewoks. Chaque dvd intègre deux longs-métrages regroupant plusieurs épisodes des deux show. Droids permet de découvrir The Pirates and The Princess (qui reprend les premiers chapitres de la série) et Treasures of the Hidden Planet. Ewoks comporte The Haunted Village (montage des premiers épisodes de la série) et Tales from the Endor Woods.

Clone Wars

Seize ans après Le Retour du Jedi, George Lucas décide de donner une préquelle à sa trilogie. La menace fantôme, dont l’histoire se déroule 32 ans avant les événements racontés dans la première saga, sort dans les salles obscures en 1999. Trois ans plus tard, L’attaque des clones nous terrasse. À ce moment, Lucas a déjà en projet son troisième volet, La revanche des Sith, ainsi qu’une nouvelle série animée intitulée Clone Wars. Produit par Lucasfilms et diffusée par Cartoon Networks, Clone Wars est réalisé par un génie du dessin animé, Genndy Tartakovsky, à qui l’on doit notamment le Laboratoire de Dexter (1996), The Powerpuff Girls (1998) et Samurai Jack (2001).
Clone Wars met en scène différents épisodes de la Guerre des Clones (en particulier les batailles de Muunilinst et de Mon Calamari), au moment où les chevaliers Jedi luttent pour préserver la démocratie dans l’univers à la veille de l’anéantissement de la République. L`objet de cette série est d’une part, de faire un lien entre les épisodes deux et trois, mais aussi de compléter les livres, jeux vidéos et autres comics dérivés de la saga. Tout comme les séries animées précédentes, celle-ci nous permet de retrouver des personnages “traditionnels” de la saga tels Obi Wan Kenobi et son padawan Anakin Skywalker, mais également de découvrir quelques nouveaux venus comme Asajj Ventress, une jeune Jedi renégate enrôlée par Darth Tyrannus, Durge, un chasseur de prime, ou encore Kit Fisto. Dans cette nouvelle aventure, Anakin est de plus en plus attiré par le côté obscur de la force en raison de son orgueil. Écartelé entre son désir de suivre les instructions de son maître et ses idées indépendantistes, il erre animé de sentiments contradictoires.
À ce jour, la première saison, diffusée en novembre 2003, se compose de 10 épisodes de 3 minutes 30 et la seconde, diffusée à partir d’avril 2004, de 10 épisodes de 12 minutes. Une troisième a fleuri sur les petits écrans américains depuis mars 2005. Cette dernière, constituée de 5 épisodes de 12 minutes chacun, mène directement aux événements de La revanche des Sith. Et si le graphisme des séries antérieures avaient parfois hérissé les fans de l’univers original, ce feuilleton animé les enchantent grâce à un graphisme anguleux. Libéré du carcan de la censure, il reprend le concept qui a fait la gloire de la saga cinématographique, une succession rapide de scènes d’action.
Plébiscitées ou non, ces séries animées font parties intégrantes de l’univers Star Wars grâce aux personnages principaux, qui toujours y figurent. Pour enfants ou adultes, elles donnent un nouveau souffle à l’aventure générale en faisant évoluer les protagonistes au gré de leurs fantaisies. Mais plus que tout, ces séries demeurent une passerelle propice à prolonger le rêve…

Stéphanie Vandevyver