Terreur made in Argentine : WHAT THE WATERS LEFT BEHIND, en tournage…

vendredi 16 décembre 2016

 

Catégorie(s):

Extrait:
Fans de giallos, l’Argentin Luciano Onetti (« Sonno Profondo », « Francesca ») et son frère Nicolas, lequel a produit tous ses films, coréalisent pour la première fois un film ensemble, le récit d’horreur « What the Waters Left Behind », qui se tourne dans les vestiges d’Epecuen, une ville au Sud Ouest de Buenos […]

Fans de giallos, l’Argentin Luciano Onetti (« Sonno Profondo », « Francesca ») et son frère Nicolas, lequel a produit tous ses films, coréalisent pour la première fois un film ensemble, le récit d’horreur « What the Waters Left Behind », qui se tourne dans les vestiges d’Epecuen, une ville au Sud Ouest de Buenos Aires située aux bords d’un lac salin éponyme, aux paysages aujourd’hui apocalyptiques, qui avait été submergée pendant 25 ans, inondée par un barrage. Cette ancienne ville touristique bouillonnante, l’une des plus importantes du pays dans les années 1960 et 70, devenue une véritable ville-fantôme, était, à l’époque, connue et appréciée en raison de ses eaux thermales, qui attiraient des milliers de personnes. C’est alors que le 10 novembre 1985, un énorme volume d`eau, sous l’effet des pluies incessantes, brisa la digue qui la protégeait et la ville fut submergée sous un mètre d’eau salée. L’eau a continué de monter jusqu’en 1993, où la bourgade fut noyée sous 10 mètres d’eau. Epecuén disparut. Trente ans plus tard, les eaux se sont retirées et les ruines de Epecuén ont émergé exposant un paysage sombre et désert. Les habitants ne sont jamais revenus. L`intrigue tourne autour d`un groupe de jeunes qui entreprennent un voyage vers les ruines pour filmer un documentaire sur Epecuén. Ignorant les avertissements, et après une brève visite, ils se retrouvent bloqués dans le village abandonné. Contrairement à ce qu`ils pensaient, ils commencer à se rendre compte qu`ils ne sont pas vraiment seuls… « What the Waters Left Behind » est un nouveau départ pour les frères Onetti, car, en dépit de ses tendances latines, ce film n’est pas un giallo mais vise plutôt à être un `road movie slasher` des années 70 comme « La colline a des yeux » et « Massacre à la tronçonneuse ». Le film est produit par Nicolás Onetti, Michael Kraetzer (Inbred) en étant le producteur exécutif et Pablo Guisa Koestinger (« Scherzo Diabolico », « Here Comes the Devi »l) producteur associé.