Kafir : un titre de cauchemar

Deux films intitulés Kafir terrorisent l’Indonésie et la Turquie.

Par une étrange coïncidence, deux films d’horreur portant le même titre, à savoir Kafir, sont sortis à peu près en même temps dans leurs pays respectifs, chacun s’avérant particulièrement sanglant. Le premier est indonésien, et dû à Azhar Kinoi Lubis, qui aborde pour la première fois le genre, son coscénariste, Upi Avianto, en étant quant à lui plus familier, ayant imaginé et réalisé le thriller horrifique Belenguu en 2012. Une famille vivant en harmonie affronte soudain des événements inattendus. Lors d’un dîner, le père est brusquement pris de malaise et, avant de mourir, crache un tesson de sa bouche ! Depuis lors, la paix de la famille est totalement perturbée. À présent, c’est au tour de la mère d’être menacée par une entité invisible. Son attitude devient étrange et souvent effrayante. Cela a-t-il un rapport avec le fait que Jarwo, le chaman de leur village, soit mort mystérieusement lorsque sa maison a été brûlée ? Andi et Dina, les deux enfants, devront trouver la cause de tout ceci pour sauve la vie de leur mère.

https://www.youtube.com/watch?v=AJ75ihSm55c

Le second métrage est turc, et signé Hasan Gökalp, également auteur du scénario, et qui avait débuté en 2016 par le film d’horreur Laneti Anahtar. Yasemin vit seule avec son frère, Ayse, et entretient de bonnes relations avec son fiancé Ufuk. Mais tout est chamboulé par un cauchemar que fait Ayese, au point de transformer une belle vie en frustration. Les cauchemars se multiplient, la maison semble hantée et leur vie se détériore : un magicien diabolique pratiquant la magie noire, qui veut séparer Yasemin de son bien-aimé, en est le responsable, fabriquant des djinns infâmes qui vont infester les victimes désignées.

https://www.youtube.com/watch?v=Ipsvn15QbGM

...