Après 27 années de parution, la revue-culte américaine Vidéo Watchdog cessera d’être imprimée.

Voici ce qu’a annoncé avant hier son éditeur, le journaliste et historien Tim Lucas : « Avec regret, nous devons annoncer que –a près 27 années merveilleuses - , nous ne sommes plus en mesure de publier de nouvelles éditions imprimées de Video Watchdog. Certains d`entre vous ont été avec nous depuis les premiers jours, quand les librairies proposaient une grande variété de publications excentriques destinées à tous les types de lectorats de niche. C’était une époque excitante, au sein de laquelle Video Watchdog a prospéré. Depuis l`époque de nos premières annonces pré-publication en 1989, ce Guide de la vidéo fantastique n`a jamais cessé d`évoluer, passant de 60 à 80 pages dans sa configuration en noir et blanc, puis en pleine couleur avec le numéro 100, et l`introduction de versions numériques interactives de chaque numéro en 2013. Nous pouvons affirmer que nos parutions les plus récentes étaient parmi les meilleures que nous ayons jamais publiées. Au cours du dernier quart de siècle, nous avons toujours compté sur les ventes en kiosque, les abonnements, la publicité et - parce que tout cela était pas encore pleinement rentable – d’autres projets afin de continuer à publier. Nous avons réussi à joindre les deux bouts, tant que toutes ces facettes travaillaient ensemble, mais, au cours des dernières années, c’est devenu une bataille perdue. Il y a plusieurs raisons à cela : la diminution du nombre de points de vente au détail, le triste état de la distribution, la disponibilité facile de l`information libre et des critiques via l`Internet, et la disponibilité maintenant répandue en Blu-ray et DVD de tant de les titres autrefois obscurs. Video Watchdog a été parmi les premiers à vous en parler. Après avoir essayé de nombreuses façons créatives pour générer des ventes afin de compenser les pertes en kiosque et le manque de soutien de la publicité, la hausse des coûts d`expédition et d`affranchissement, et une économie sinistrée, il n’est tout simplement plus possible de garder en vie Video Watchdog. En regardant en arrière, nous sommes très fiers du fait que, à l’époque, Video Watchdog ait été en mesure de présenter des articles et des illustrations originales des plus talentueux écrivains, artistes et «penseurs» du genre; que le magazine ait attiré l`attention et le respect de tant de grands maîtres contemporains du cinéma (de Scorsese à Del Toro); et que ses reportages aient inspiré un certain nombre de personnes à entrer dans les entreprises cinématographiques et vidéo pour promouvoir la restauration de films et à leur préservation. Nous sommes profondément reconnaissants pour les collaborateurs et le public qui nous a permis de maintenir notre publication depuis si longtemps. Les prochains mois seront difficiles, alors que nous allons essayé de comprendre ce qui sera la prochaine étape pour nous, et ce qui attend Video Watchdog et son lectorat. S`il vous plaît restez avec nous pendant ce temps incertain, et nous vous tiendrons informés de l`évolution des choses au fur et à mesure qu`elles deviendront plus définitves. Tim & Donna Lucas Éditeurs Une triste nouvelle, non seulement pour ce couple d’éditeurs, mais aussi pour toute une génération qui a grandi avec leur publication. Aux USA, Starlog, autrefois revue-phare du cinéma de SF, a disparu depuis longtemps, de même que Cinéfantastique, qui fut la meilleure revue au monde sur le cinéma fantastique. Aujourd’hui, Fangoria est en difficulté et a du mal à imprimer ses numéros, Rue Morgue a changé sa parution pour devenir bimestriel. Et, à l’exception de Famous Monsters qui continue tant bien que mal, l’époque des monster magazines américains est quasiment révolue. L’âge d’or de la presse spécialisée prend donc fin aux USA. ...