Close Calls : paranoïa justifiée

Une jeune fille harcelée au téléphone par un individu psychotique.

Ayant reporté le prix du meilleur film dans plusieurs manifestations américaines de 2017, tels que le Los Angeles Horror Competition, le Hot Prings International Horror Film Festival ou le New York City Horror Film Festival, le thriller horrifique Close Calls, dans la lignée des œuvres de Bava, Argento, Romero, Wes Craven et Lynch, est la première réalisation de Richard Stringham, métrage qu’il a également produit et dont il signe le scénario, basé sur son script de 2008 initialement intitulé No Phone. Lorsque son père la laisse seule à la maison, Morgan, une jeune fille perturbée est obligée de s’occuper de sa grand-mère passablement folle et de faire face aux appels téléphoniques d’un individu psychotique. Mais avant que la nuit soit finie, Morgan doit aussi affronter ses propres peurs et ses démons intérieurs quand elle croit que tous ceux qu’elle connait complotent contre elle.

On retrouvera prochainement la jeune et jolie vedette du film Jordan Phipps, en passe de devenir une future Scream Queens, dans Bury the Hatchet de Brent Jones, Safe Place de Nick Hunt et Lakeside Massacre d’Al Topich. Richard Strinhgham a par ailleurs produit récemment trois œuvres du genre : le film à sketches 10/31, le thriller horrifique She Was So Pretty : Be Good for Goodness Sake de Booke Ewing et la comédie délirante et sexy Space Babes from Outer Space de Brian Williams. Un autre titre se rajoute à la liste, Angel, de Tory Jones, en tournage actuellement

https://www.youtube.com/watch?v=R5EC3DwZpiI

...