Aru Shah and the End of Time : l’Inde fantastique

Adaptation d’un roman dans lequel une fillette doit sauver le monde grâce aux légendes hindoues.

Paramount Pictures a acquis les droits cinématographiques d’Aru Shah and the End of Time, un roman pour jeunes adultes de Roshani Chokshi paru le 27 mars dernier, et qui est déjà en tête des best-sellers du New York Times dans sa catégorie. La major espère créer une franchise potentielle qui serait un croisement entre Le Magicien d’Oz et Coco, avec une touche de La Nuit au Musée. Le livre raconte l’histoire d’une jeune fille de 12 ans, Aru Shah, qui a tendance à embellir la vérité pour s’intégrer à l’école. Tandis que ses camarades de classe partent en vacances en famille dans des lieux exotiques, elle va passer ses vacances d’automne à la maison, au Musée des arts et de la culture indiens, en attendant que sa mère revienne de son dernier voyage archéologique. Aussi n’est-il pas étonnant qu’Aru invente des histoires sur la royauté, un voyage à Paris et le fait de posséder un chauffeur. Un jour, trois camarades de classe se présentent à la porte d’Aru pour la prendre en flagrant délit de mensonge. Ils ne croient pas à ses dires, à savoir que la Lampe de Bharata du musée est maudite, et ils défient Aru de le prouver. Il suffit de l’allumer brièvement, pense Aru. Ensuite, elle pourra se sortir de ce gâchis et ne jamais plus mentir. Mais l’allumage de la lampe a des conséquences désastreuses : elle libère involontairement le Dormeur, un ancien démon dont le devoir est d’éveiller le Dieu de la Destruction. Ses camarades de classe et sa mère bien-aimée se retrouvent figés dans le temps, et c’est à Aru de les sauver. La seule façon d’arrêter le démon est de trouver les réincarnations des cinq frères légendaires Pandava, protagonistes du poème épique hindou, le Mahabharata, et de voyager à travers le Royaume de la Mort. Mais comment une fille en pyjama Spider-Man est-elle supposée faire tout ça ? Le roman met en scène le monde largement inexploité de la mythologie hindoue et de ses personnages qui sont déployés pour aider l’héroïne dans un voyage rempli de références à la culture pop contemporaine et l’exploration du karma et de la réincarnation. Le film sera est produit par Karen Rosenfelt, déjà à l’œuvre sur les sagas Twilight et Percy Jackson.

...