Praana : face au surnaturel

Quand une auteure cartésienne décide d’emménager dans une maison réputée hantée.

Thriller d’épouvante indien, Praana, 27e long-métrage dirigé par V.K. Prakash, possède la particularité de n’avoir qu’un seul comédien, l’actrice Nithya Menon, plusieurs fois récompensée par ses prestations à l’écran. Écrit par Rajesh Jayaraman, avec lequel le réalisateur avait précédemment collaboré, notamment sur le thriller fantastique Moonnamathoral (2006), le récit voit une maison réputée "hantée" sur les collines accueillir une nouvelle locataire, Tara Anuradha, une femme seule, écrivain célèbre, attaquée par des groupes fondamentalistes pour son dernier livre sur la liberté individuelle. Après une rencontre avec la presse où elle annonce au monde entier qu’elle ne craint personne ni quoi que ce soit, Tara s’installe donc dans cette demeure. Elle veut rester à l’écart de l’affluence de la ville tout en prouvant que les esprits n’existent pas. Elle fixe des caméras vidéo dans divers coins de l’habitation et commence à tenir un journal visuel. À maintes reprises, ses amis Joe et Shrikanth l’appellent pour se renseigner sur son bien-être. Ce sont les seules conversations d’un film autrement sans dialogue… Bien entendu, d’étranges événements se produisent en pleine nuit, des chuchotements se font entendre dans les vastes pièces vides, des objets tombent dans la cuisine et d’inquiétantes empreintes de pas mouillés apparaissent et disparaissent dans les couloirs. L’horreur va aller en s’intensifiant…

...