Diablo Rojo : un voyage ensorcelant

Le Panama produit son premier film d’horreur autour d’une légende locale.

Tourné en 2018 mais distribué seulement un an après en Amérique centrale, Diablo Rojo( PTY) est le premier film d’horreur produit par le Panama, basé sur le folklore local. Il a été réalisé par la nouvelle venue Sol Moreno ainsi que par J. Oskura Najera (Megamuerte), d’après un script de ce dernier et d’Adir Dominguez. Miguel est le propriétaire et l’exploitant de l’un des derniers Diablos Rojos, des autobus scolaires à l’ancienne peints et éclairés de manière criante qui étaient autrefois le choix de transport populaire pour le peuple de Panama. Tard dans la nuit, Miguel se heurte à une Bruja (sorcière) qui met en scène une chaîne d’événements qui l’abandonne, lui, son assistant et deux policiers, dans la campagne profonde. À des heures du Panama avec seulement le vieil acier dur de son Diablo Rojo pour les protéger, ce quatuor affrontera un who's who du folklore local : sorcières, cannibales et monstres divers sont au rendez-vous dans ce film renvoyant à la production horrifique des années 80, où les effets spéciaux étaient réalisés lors du tournage. Cette œuvre met en scène notamment le personnage de la Tulivieja, une femme qui, ayant abandonné son enfant dans la rivière, fut condamnée à souffrir sous une forme horrible, celle d’une créature aux seins nus, aux jambes inversées, aux ailes de chauves-souris, à la peau pleine de pores suintants, suivie par une colonie de fourmis. La Tulivieja n’avait jamais encore été présentée physiquement à l’écran, et c’est donc une première, créée par trois marionnettistes de talents. La b. o. de Ricardo Risco évoque quant à elle volontairement la partition de Riz Ortolani pour Cannibal Holocaust.

https://www.youtube.com/watch?v=b2kQurcsxOM

...