Voir critique ci-dessous

dimanche 30 janvier 2011

 

Catégorie(s):

Extrait:
ROBOT Le plus grand succès tamil du siècle (Endhiran) Inde. 2010. Réal.: S. Shankar. Avec : Rajnikanth, Aishwarya Rai. v.o. 5.1 surround – sous-titres anglais – 2h35 (import Little India) FILM **** / DVD ** / BONUS 0 Le docteur Vaseegaran a conçu un androïde quasi parfait baptisé Chitti qu`il utilise comme chevalier servant pour […]

ROBOT
Le plus grand succès tamil du siècle

(Endhiran) Inde. 2010. Réal.: S. Shankar. Avec : Rajnikanth, Aishwarya Rai. v.o. 5.1 surround – sous-titres anglais – 2h35 (import Little India)

FILM **** / DVD ** / BONUS 0

Le docteur Vaseegaran a conçu un androïde quasi parfait baptisé Chitti qu`il utilise comme chevalier servant pour escorter sa fiancée. Mais un concurrent jaloux va détourner l`objet de ses recherches à des fins belliqueuses, déclenchant des réactions en chaîne pratiquement incontrôlables…

Étonnant fourre-tout visuel, Robot reprend à son compte tous les films de robots de ces dernières années et recycle ainsi en un seul monument de plus de deux heures trente une sorte de best of des productions hollywoodiennes les plus marquantes, d`Intelligence Artificielle à I, Robot en passant par Terminator, Matrix et autres hits. Après dix ans de préproduction dont deux années de tournage, le film qui capitalise le budget le plus conséquent de l`Histoire du cinéma indien vient de sortir cet automne dans un circuit de salles sans précédent en Asie, remportant un succès magistral, tant public que critique. Car cette démarque fortement inspirée par Spielberg et Cameron a su conserver un esprit typiquement indien, qui fait s`intercaler scènes spectaculaires, parenthèses comiques et séquences chorégraphiées dans des décors souvent époustouflants, dont des pyramides aztèques où pas un lama ne manque, ce qui est somme toute normal, puisque la production a tenu à tourner en décors naturels, au Machu Picchu, mais également à Vienne, Rio de Janeiro et Hanoï. La distribution a par ailleurs de quoi surprendre : Bollywood joue en effet la carte du paradoxe assumé en confiant les deux principaux rôles masculins à Rajnikanth, super-star tamoule des années 80/90, véritable dieu vivant pour ses fans. C`est donc un sexagénaire (l`acteur est né en 1949) replet et perruqué qui joue à la fois le savant et sa trouvaille. Entre ces deux versions modernes du Baron Frankenstein et de sa créature électronique mutante incarnés par le même comédien sur le retour, se glisse pour notre plus grand plaisir la reine de Bollywood, autrement dit la sublime Aishwarya Rai (La dernière légion) dans le rôle de la fiancée du savant. Les effets spéciaux sont à la hauteur entre morphing plus ou moins délirant (la transformation en Shivah, la coiffure mouvante) et combats explosifs. Moins violent que ces prédécesseurs américains, ce métrage distille parfois une bonne dose de malaise au détour de certains plans, notamment lors de l`agression de l`héroïne dans un train de banlieue, par une horde de mâles en furie, tandis que son ange gardien tente à plusieurs reprises de voler à son secours. Si la première partie prend souvent le pli du second degré en conférant au robot des tâches ménagères dans une sorte de mixte entre T2 et Mrs Doubtfire, la suite tourne à la démonstration de force avec ses combats pyrotechniques téstostéronés, comme si le réalisateur avait voulu explorer toute la gamme des ressorts dramatiques de son sujet, sans jamais craindre de lasser son public. Du coup, entre film de super-héros, SF, humour, romance et danses inévitables, ce blockbuster intrigue et déroute en même temps, dépourvu qu`il semble être de ligne directrice, sinon celle d`offrir aux fans de Rajnikhanth un impérissable monument à sa gloire, en passant en revue un maximum de genres. Tendant vers l`hybridation inclassable dans sa dernière demi-heure, entre un extraordinaire ballet kitsch tout en métal et dorures SF à la Xanadu, un clonage exponentiel et protéiforme du robot, jusqu`à sa gigantisation évoquant Le Géant de Fer (la version animée par Brad Bird) mâtiné de la saga Terminator, ce grand moment de cinéma populaire déborde d`une générosité, voire d`une exubérance comme on n’en voit guère qu`en Inde.

Sébastien Socias

En vente à Paris dans le quartier Little India